DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Syrie : la neige et le froid en plus de la guerre


Syrie

Syrie : la neige et le froid en plus de la guerre

Les conditions climatiques se durcissent en Syrie, la neige a fait son apparition, et pour les habitants, pris dans une guerre sans fin qui a déjà fait près de 60 000 morts, c’est un nouveau combat qui se profile. La situation est particulièrement dure dans des villes comme Alep ou Homs. Mais certains quartiers de Damas comme ne sont pas épargnés non plus. Les bombardements sont fréquents, les gens vivent dans la peur et l’insécurité permanente. A cela s’ajoute des problèmes croissants d’approvisionnement

Le pain, l’essence, la farine, beaucoup de produits de première nécessité manquent et les agences humanitaires ne parviennent pas, pour des raisons de sécurité, de laisser passer ou autre, à atteindre toutes les personnes en difficultés

Selon le Programme alimentaire mondial, 2 millions et demi de Syriens ont besoin d’aide en urgence et 1 million d’entre eux, les humanitaires sur le terrain ne parviennent pas à les atteindre.

La situation selon les Nations-Unies se détériore rapidement. Et ceux qui ont fui les combats ne sont pas plus enviables. On compte 500 000 réfugiés désormais. Ils sont 3 000 de plus chaque jour. Ils ont fui vers la Turquie, l’Irak, le Liban ou la Jordanie où ils sont les plus nombreux. Sans compter les 2 millions et demi de déplacés à l’intérieur même du pays.

Beaucoup de ces réfugiés affrontent eux aussi désormais des conditions climatiques difficiles, comme dans ce camp au Liban: “Nous n’avons pas de chauffage, explique ce réfugié. Alors nous allumons des bouts bois que nous trouvons ici et là. Nous avons bien des couvertures, mais il fait si froid, il fait très froid, vraiment. Hier soir, nous n’avons pas pu dormir à cause du froid et du vent, et en plus il pleuvait.”

‘‘Les enfants meurent de froid, et de faim et de soif ajoute cette femme. Regardez ce qu’on devient…”

Le froid, la pluie qui transperce les tentes, pas de médecin souvent ou un seul pour tout le camp, ni eau courante, ni électricité, peu de nourriture. Ces Syriens appellent à l’aide, et en sont aujourd’hui à croire que ces conditions-là les tueront plus surement que la guerre.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Sur la piste des spitfires en Birmanie