DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Virgin France met la clé sous la porte

Vous lisez:

Virgin France met la clé sous la porte

Taille du texte Aa Aa

Ce mercredi, la direction du groupe a officiellement déposé le bilan devant le tribunal de commerce. Devant la célèbre boutique des Champs-Elysées étaient réunis environ 400 salariés pour protester contre cette liquidation. Au total, ils sont un millier à être sur la sellette. “On tient, on n’est pas mort, on est debout et on ne lâchera pas l’affaire”, témoigne une salariée dépitée. Vingt-cinq magasins sont répartis sur le territoire français.

La concurrence des sites de ventes en ligne

La ministre de la culture, Aurélie Filippetti, a dénoncé sur une chaîne d’information française une concurrence déloyale en visant notamment les distributeurs en ligne comme Amazon et Google. Ces entreprises, basées respectivement au Luxembourg et en Irlande, bénéficient d’un régime fiscal allégé.
Selon Philippe Moati, enseignant à l’université Paris-Diderot, “il n’y aura pas de disparition totale de ce type d’enseignes mais il y aura sans doute de moins en moins de mètres carrés commerciaux consacrés à cet univers de la consommation culturelle”.

Un actionnaire “mauvais gestionnaire”

Pour les salariés, c’est Butler Capital, l’actionnaire principal du groupe (74% des parts de Virgin France), le responsable de cette situation. Ils estiment que le fond d’investissement n’aurait pas su gérer la crise des ventes de CDs et DVDs.
La boutique des Champs-Elysées assurait à elle seule 20% du chiffre d’affaires des magasins Virgin en France. Pendant des années, elle a été la vitrine de luxe du groupe mais aujourd’hui, elle devient la scène de sa fin tragique.