DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vif émoi après la tuerie de trois militantes kurdes à Paris

Vous lisez:

Vif émoi après la tuerie de trois militantes kurdes à Paris

Taille du texte Aa Aa

La colère et l’incompréhension règnent en France au lendemain du triple meurtre de trois militantes kurdes tuées dans les locaux de leur fédération à Paris.

Sakine Sanciz, l’une des trois victimes, figure historique du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan, était l’un des porte-voix d’Abdullah Öcalan, le chef emprisonné de l’organisation considérée comme terroriste par la Turquie, l’Union européenne et les Etats-Unis.

Difficile donc de ne pas faire de lien avec les négociations en cours entre la Turquie et le chef du PKK. Mais pourquoi ces assassinats qualifiés d’“horribles” par François Hollande ont-ils eu lieu sur le territoire français ? La question reste en suspens.

Une vague d’indignation s’est emparée de la communauté kurde qui d’une même voix refuse de croire à la théorie d’un règlement de compte au sein du PKK. Une hypothèse évoquée ce jeudi par Recep Tayip Erdogan.

En tournée en Afrique, le premier ministre turc a estimé que cette affaire pouvait être liée au dialogue engagé par les services secrets turcs avec Öcalan, avec pour objectif évident de vouloir “saboter le processus de paix”.