DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Paris reconnait avoir sous-estimé les risques en Somalie


Somalie

Paris reconnait avoir sous-estimé les risques en Somalie

La France reconnait que l’opération commando menée hier en Somalie pour libérer un otage détenu par les shebabs est un échec.

Denis Allex, l’agent de la DGSE retenu en otage, aurait été tué lors de l’assaut pour tenter de l’exfiltrer. Mais sa mort est contestée par ses geôliers islamistes qui affirment toujours le détenir en captivité.

“La résistance a été plus forte que prévu, en particulier à cause des armes lourdes utilisées par les terroristes. Il fallait prendre le risque parce que Denis Allex était enfermé dans des conditions inhumaines depuis trois ans et demi, que les négociations étaient irréalisables et que nous avions la certitude qu’il se trouvait dans ce lieu, se défend Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la défense.”

Une cinquantaine d’hommes ont été mobilisés pour tenter de libérer le Français qui avait été capturé dans un hotel de Mogadiscio en juillet 2009 avec un autre militaire qui avait lui réussi à s‘échapper un mois plus tard.

Un soldat a trouvé la mort au cours de l’opération d’hier, tandis qu’un autre est toujours porté disparu.

Quant aux islamistes shebabs, ils auraient essuyé la perte de 17 de leurs hommes.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les homosexuels croates dénoncent une stigmatisation de l'église