DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'aide aux réfugiés, ayant fui le nord du Mali

Vous lisez:

L'aide aux réfugiés, ayant fui le nord du Mali

Taille du texte Aa Aa

Au Mali, les ONG et les agences humanitaires commencent à s’organiser pour venir en aide aux déplacés fuyant le nord du pays.

Quelques réfugiés ont franchi les frontières pour aller notamment en Mauritanie, mais la plupart des déplacés se sont installés provisoirement à Bamako.
Ils racontent ce qu’ils ont vécu dans les zones contrôlées par les islamistes. “Les rebelles nous ont frappé, nous ont violé, témoigne Aissata. Ils nous ont tout fait. Ils ont violé les enfants, ils nous ont tout fait !”

“Il y a beaucoup de déplacés, reconnaît Marixie Mercado porte-parole de l’Unicef. Notre plus grande préoccupation concerne les enfants. Certains sont séparés de leurs parents, ils sont donc exposés au risque de recrutement par des hommes armés et de violence sexuelle”.

Les mouvements islamistes ont pris, en avril dernier, le contrôle du nord du Mali. Dans cette région, ils ont instauré les préceptes strictes de la charia, la loi islamique.

Souleymane Traoré en sait quelque chose. Ce jeune homme était chauffeur de camion et faisait la liaison entre le nord du Mali et la capitale. Les islamistes l’ont accusé de trafic d’armes. Ils lui ont coupé la main. “J’ai hurlé, raconte-t-il. Je pleurais et j’implorais Dieu. Ils n’en avaient rien à faire. Ils filmaient la scène avec leur téléphone portable. Quand j’ai arrêté de hurler, ils m’ont montré ma main coupée. J‘étais à moitié inconscient. Ils m’ont demandé mon nom et mon prénom, puis ils m’ont aspergé d’eau froide. Et ce n’est qu’ensuite qu’ils m’ont emmené à l’hôpital”.

Depuis, Souleymane vit à Bamako. Il gagne sa vie grâce à des petits boulots.