DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'argent de la mafia sicilienne blanchi en Roumanie ?


insiders

L'argent de la mafia sicilienne blanchi en Roumanie ?

En partenariat avec

Des déchets pour blanchir de l’argent sale. Au sens propre, la méthode peut sembler paradoxale. C’est celle qu’utiliserait le fils de Don Vito, l’un des mafieux siciliens les plus influents décédé il y a dix ans. Une décharge de la périphérie de Bucarest la plus vaste d’Europe servirait de société-écran à Massimo Ciancimino. Un business apparemment très lucratif.

L’homme est au coeur d’une enquête menée par la justice italienne : elle le soupçonne d‘être le véritable propriétaire de la société Ecorec qui gère la décharge. Une activité légale qui lui permettrait de recycler une partie du magot accumulé par l’ancien maire de Palerme. Mais évidemment, il n’y a aucune connexion directe pour le prouver. Le gérant d’Ecorec Victor Dombrovschi aurait un lien avec des Italiens, les frères Pileri à la tête d’une autre entreprise en Roumanie. Mais il ne s’agirait que de quelques éléments d’une organisation plus vaste d’après le parquet de Palerme.

Massimo Ciancimino a accepté de nous parler. Depuis quelques années, il donne des éléments sur le passé sulfureux de son père, mais nie toute allégation à sa propre encontre. Quant aux enquêteurs italiens, il semble avoir bien des difficultés à collaborer avec leurs homologues roumains même si ces derniers affichent leur bonne volonté. En 2007, au détour de la vente présumée frauduleuse de la société Ecorec, ces fonds qui seraient issus d’activités souterraines ont une nouvelle fois, échappé à la justice.

Prochain article

insiders

L'Irlande brise le tabou de l'avortement