DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le couple diplôme-emploi en crise

Vous lisez:

Le couple diplôme-emploi en crise

Taille du texte Aa Aa

Il existe une inadéquation flagrante entre entre les diplômes et la réalité du monde professionnel. La plupart des écoles et des universités peinent à s’adapter aux évolutions rapides du monde du travail. Alors que le chômage ne cesse d’augmenter, on parle d’incohérence entre les compétences acquises et les compétences recherchées.

En Jordanie, les jeunes représentent 70% de la population, et le chômage est accablant. Si c’est un défi pour le gouvernement, le secteur privé est également impliqué dans de nombreux projet pour tenter d’apporter des solutions. A l’Université de technologie d’Amman par exemple, les étudiants sont préparés au monde du travail: on parle de techniques de managment mais aussi de qualités humaines. La Fondation Jordanienne de Formation aux carrières professionnelles a pour but de lutter contre le chômage. Ses entreprises partenaires s’engagent à quantifier leur besoin de main d’oeuvre et à embaucher. Mohammed Abulawi, un enseignant rattaché à la Fondation, témoigne: “les étudiants apprennent à développer un projet professionnel et à faire face aux problèmes que cela peut impliquer. Dans les monde du travail, on ne peut pas toujours compter sur les autres.”

Chercher un emploi peut se révéler être une expérience très frustrante. A Mexico, pour aider les jeunes à intégrer le monde du travail après leurs études, la société Impulsa a décidé de développer le tutoring. Issus de sociétés multinationales implantées au Mexique, des salariés formés par Impulsa vont initier les jeunes au monde de l’entreprise. Carlos Hijar, un consultant qui fait parti du programme, semble très impliqué: “Ma motivation, c’est de transmettre aux jeunes, et de les sortir de ce qu’ils voient à l‘école. Pour moi, l’enseignement académique n’est pas assez concret. Nous, on les emmène dans nos bureaux. Découvrir le monde de l’entreprise leur permet de l’appréhender complètement différemment”.