DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Prise d'otages en Algérie: à la recherche des disparus


Japon

Prise d'otages en Algérie: à la recherche des disparus

Des employés d’une dizaine de nationalités différentes se trouvaient sur le site gazier au moment de la prise d’otages. Chaque chancelerie fait aujourd’hui le décompte des survivants, des tués et des disparus, en concertation avec les autorités algériennes.

A Londres, le Premier ministre David Cameron a annoncé ce dimanche que trois Britanniques avaient été tués, que trois autres ressortissants britanniques étaient vraisemblablement morts, et enfin qu’une personne résidant au Royaume-Uni était également “probablement morte”. David Cameron a estimé que la responsabilité du bain de sang incombait “totalement aux terroristes”.

Les autorités japonaises, elles, se sont montrées plus critiques vis-à-vis de l’option militaire choisie par l’Algérie. 78 Japonais travaillent sur ce site. Au moins 10 manquent toujours à l’appel. Ce dimanche, le Premier ministre a indiqué avoir reçu des informations graves concernant ces ressortissants, mais sans donner de détails.

Parmi les occidentaux morts durant cette prise d’otages, en plus des Britanniques, il y a notamment un Français, un Américain, un Roumain et des Norvégiens.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

USA: "Laissez nos flingues tranquilles!"