DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

In Amenas : Les contradictions d'Alger

Vous lisez:

In Amenas : Les contradictions d'Alger

Taille du texte Aa Aa

Le gouvernement algérien évoque un bilan de 38 otages morts dans l’attaque du complexe gazier d’In Amenas. Un bilan provisoire de l’aveu même des autorités alors que le chiffre de 48 victimes circule depuis plusieurs jours. Une prise d’otage extrêmement bien orchestrée par un commando de 32 islamistes qui serait venu du Mali. L’objectif des ravisseurs était de tuer à en croire leur arsenal de guerre.

“Le lieu de résidence des employés d’In Amenas s‘étend sur quatre hectares auxquels s’ajoutent les dix hectares du complexe gazier en tant que tel. C’est une zone extrêmement difficile, y compris pour l’intervention des forces spéciales de l’armée. Il y avait 32 terroristes, dont près d’un tiers d’Algériens. Les autres se répartissaient en huit nationalités dont des Tunisiens, des Egyptiens, des Maliens, des Nigériens et certains de nationalité canadienne et un mauritanienne”, explique le chef du gouvernement algérien Abdelmalek Sellal.

Chiffres contradictoires, interrogations des pays alliés, l’Algérie est loin d’avoir fourni toutes les explications sur l’opération militaire qui a mis fin à cette sanglante prise d’otage. Trois ravisseurs auraient été capturés.