DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Atari, game over ?

Vous lisez:

Atari, game over ?

Taille du texte Aa Aa

Atari, une des firmes les plus emblématiques du monde des jeux vidéo, a déposé le bilan. Des procédures de mise sous protection ont été lancées des deux cotés de l’Atlantique.

Dans un communiqué, publié lundi 21 janvier, l’entreprise a indiqué que son principal actionnaire et créancier, BlueBay, «n’a trouvé aucune solution pour la cession de ses intérêts» dans le groupe et «ne peut continuer à (le) soutenir». Pour expliquer son choix, l’actionnaire de référence a annoncé que deux de ses fonds ayant investi dans Atari sont en liquidation.

BlueBay, dont la volonté de céder sa participation dans Atari remonte à octobre 2010, n’a pu trouver aucun investisseur susceptible de le remplacer et demande donc le remboursement, , de sa créance, soit 21 millions d’euros d’ici le 31 mars prochain.

Face à cette problématique, dans la journée du 21 janvier, les filiales américaines du groupe, Atari Inc., Atari Interactive Inc., Humongous Inc. et California US Holdings, ont ainsi demandé à être placées sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites des États-Unis. Plus tard dans la soirée, la maison mère française, Atari SA, a également entamé une procédure similaire auprès du Tribunal de Commerce de Paris.