DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Israel : le poids des partis d'extrême-droite


Israël

Israel : le poids des partis d'extrême-droite

40 ans, père de 4 enfants, ce milliardaire qui a fait fortune dans le high tech est l‘étoile montante de la politique israélienne. Naftali Bennet, ancien chef de cabinet de Benyamin Netanyahu, élu en novembre à la tête du parti pro-colons Bayit Yehudi affiche sans ambiguité son opposition à un Etat palestinien :

“Avant tout, nous devons changer la position d’Israël et celle du monde sur la création d’un Etat palestinien et, alors seulement très progressivement, appliquer la loi israélienne sur les parties israéliennes de Judée et de Samarie. Parfois la sagesse commune est erronée. je pense que c’est le cas cette fois. Nous sommes tous ensemble dans un bus, la communauté internationale tout entière, en route vers une impasse

Bennett prône l’annexion de plus de la moitié de la Cisjordanie et veut donner la pleine nationalité israélienne aux Palestiniens qu’y habitent. pour le restant des 2,5 millions de Palestiniens, c’est
seulement l’autonomie qu’il leur laisserait.

Un discours bien accueilli par les colons juifs de Hébron, au coeur de la Judée-Samarie. Ils sont 800, face à 200 000 Palestiniens, dans cette ville qui abrite le Tombeau de Patriarches Abrahman, Isaac et Jacob avec leurs épouses. Le site est aussi une mosquée, celle d’Ibrahim, et il fut souvent le cadre de violences entre les palestiniens et les colons.

Haim Bleicher, colon:
“Les gens ont fini par comprendre…. Ils se rendent compte que ça été une erreur jusqu‘à maintenant de croire qu’en donnant aux Palestiniens ce qu’ils voulaient, on allait avoir la paix. Il n’y aura la paix que si nous sommes forts et croyons en nos droits,
pas en faisant marche arrière.”

Autre parti qui compte, c’est l’ultra-orthodoxe Shas, fort du soutien de la communauté des juifs originaires du moyen orient, de plus en plus importante. Faiseur de rois de plusieurs gouvernements, avec ce trio à sa tête, le parti Shas a retrouvé son leader charismatique Aryeh Deri, après 13 ans d’absence.

Condamné à trois ans de prison pour corruption et libéré pour bonne conduite en 2002, Aryeh Deri avait été membre du gouvernement de Itzac Rabin en 1992 et avait soutenu les accord d’Oslo.

Connu pour son charme et son ingéniosité, Deri est considéré comme une colombe dans ce parti ultra-orthodoxe. Son retour pourrait augmenter les voix du Shas, qui sous la baguette de Eli Yishai était descendu à 12 sièges.

Membre du cabinet de Netanyahu, ce dernier, lui, est considéré comme un faucon. Même s’il ne refuse pas le principe “terre contre paix” avec les
Palestiniens, il est intraitable sur le statut de Jérusalem.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Atari, game over ?