DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'énergie des micro-algues


science

L'énergie des micro-algues

En partenariat avec

Dans l’avenir, on pourrait bien habiter des gratte-ciels alimentés en énergie par des micro-algues. Les ingénieurs de l’entreprise française Ennesys ont mis au point un système qui permet de transformer les eaux usées d’un immeuble d’habitation en énergie.
Les eaux usées sont chargées d‘éléments organiques : un engrais idéal pour les micro-algues. Démonstration.

“Nous récupérons les eaux usées du bâtiment”, explique Jean-Louis Kindler, directeur général de Ennesys. “Nous diluons ces eaux usées de manière à les rendre assimilables par des micro-algues, qui vont consommer la pollution qui se trouve dans ces eaux usées. Les micro-algues poussent. Puis ces micro-algues sont séparées. D’une part en huile et d’autre part en biomasse végétale, qui sera récupérée. Cette huile peut alors être utilisée comme carburant, dans une lampe par exemple, afin de produire de l‘énergie, soit sous forme de chaleur soit sous forme d‘électricité”.

Pour arriver à ce résultat, les ingénieurs ont installé sur un toit des photobioréacteurs, des tubes transparents où circulent les eaux usées. Sous l’action de la lumière, les micro-algues prolifèrent. Avant d‘être récupérées sous forme d’huile.

“Avant, l’extraction des algues se faisait par centrifugation, une technologie extrêmement énergivore”, note Laurent Robelin, directeur de projet. “Là on a un système qui est très doux, qui par chocage électromagnétique et micro-bullage permet de séparer la matière algale de l’eau”.

Le carburant récolté a la même valeur énergétique que le charbon.
Et l’eau récupérée est aussi bonne que de l’eau de pluie.

“C’est un système de dépollution des eaux usées qui produit de l‘énergie. Ou vice-versa, c’est un système de production d‘énergie qui dépollue les eaux usées”, se félicite Pierre Tauzinat, le patron d’Ennesys.

Grâce aux micro-algues, c’est 80% des besoins énergétiques d’un bâtiment qui pourraient être produits. Deuxième bonne nouvelle : ce système serait garanti zéro CO2.

Le choix de la rédaction

Prochain article

science

De la colle pour les os fracturés