DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bonnie à la batterie, Kyle au piano : des singes appliqués sur iPad

Vous lisez:

Bonnie à la batterie, Kyle au piano : des singes appliqués sur iPad

Taille du texte Aa Aa

Comment pimenter la vie des orang-outans en captivité ? Grâce à des jeux sur tablettes ! C’est la solution proposée à plus de treize zoos de par le monde par le programme “Apps for apes” (Des applis pour les singes) de l’ONG Orangutan Outreach.

Le zoo national américain à Washington D.C. a rejoint le programme l’année dernière. Depuis, la structure a installé une dizaine d’applications dont des jeux de cognition, des instruments de musique et des programmes de dessin.

“Apps for Apes correspond parfaitement à la nouvelle ère de la zoologie dans laquelle nous sommes entrés, explique Beck Malinsky, soigneur pour les grands primates du Zoo national. Les nouvelles techniques consistent à changer le quotidien de nos animaux. Nous varions déjà chaque jour leur nourriture, leurs jouets, leurs interactions sociales. Mais l’iPad offre de nouveaux moyens de solliciter leurs sens de la vue, du toucher et de l’ouïe.”

La tablette ne représente pas vraiment un nouvel outil d’apprentissage pour les orang-outans du zoo national américain. En effet, ils utilisent des écrans tactiles depuis 1994 dans le cadre d’une étude portant sur leurs compétences cognitives comme la mémoire, la capacité à utiliser des outils et l’apprentissage de la vie en société. Mais le zoo a ressenti l’envie de rejoindre le programme “Apps for apes” lorsqu’un proche d’un soigneur a offert un iPad à la Maison des Grands Primates l’an passé.

Selon la soigneuse Erin Stromberg, le programme permet de mettre l’accent sur les choix des orang-outans : “s’ils jouent avec les applications, on continue ; si les applications ne les intéressent pas, ils peuvent tout simplement laisser l’iPad et aller faire autre chose.”

“L’usage de la tablette semble être moins un outil cognitif qu’un exutoire récréatif pour les orang-outans” précise Stromberg. Et ça semble fonctionner.”

Les orang-outans du zoo de Washington peuvent donc désormais choisir parmi leurs dix applications et, selon les soigneurs, chacun d’entre eux a clairement ses préférences : Bonnie aime taper sur la batterie, Kyle joue au piano et Iris préfère regarder une animation représentant des carpes koï nageant dans une mare.