DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sur le chemin de la citoyenneté américaine

Vous lisez:

Sur le chemin de la citoyenneté américaine

Taille du texte Aa Aa

Ce 21 mars 2010, à Washington, ils étaient des centaines de milliers à réclamer l’accès à la citoyenneté pour les quelque 11 millions d’immigrants sans papiers aux Etats-Unis. L’immense majorité, des hispaniques.

“Nous travaillons surtout avec des ouvriers agricoles, et presque tous sans papiers… disait alors cette américaine de Floride, Marisol Saucedo. Il est temps pour le Président de faire la réforme de l’immigration qu’il a promis.”

Les latinos représentent 10% de l‘électorat américain et leur nombre ne cesse d’augmenter. Avoir leur soutien est impératif pour les deux partis, ce que le sénateur républicain de la Floride, Marco Rubio avait bien compris, lors de la dernière campagne présidentielle :

“Il y a un nombre croissant d‘électeurs latinos dans les Etats-clés, comme la Floride, la Virginie… Les électeurs ne sont pas mariés à un parti ou à une autre, ils ne votent pas pour tel parti, ces électeurs latinos votent pour le meilleur candidat”.

Ce qu’ils ont fait en votant pour Barack Obama et sa promesse de réforme de l’immigration, une réforme qui veut porter un regard positif sur les nouveaux arrivants, comme le soulignait l‘étoile montante du parti démocrate et maire de San Antonio, Julián Castro.

“La trajectoire de ma famille, c’est l’histoire de tant de familles américaines, et la question de cette élection, c’est de savoir si nous allons garder la possibilité d’opportunités de ce genre et poursuivre le rêve américain, si nous allons garder cela bien vivant dans les années à venir, ou si nous allons faire marche arrière.”

Mais l’immigration, ce n’est pas seulement de la politique, c’est aussi de l‘économie et de la démographie. Les économistes insistent sur le fait que beaucoup d’entreprises manquent de main d’oeuvre, notamment dans l’agriculture.

“Les américains ne veulent absolument pas travailler dans les champs, ils ne pourraient plus faire ça”, affirme ici Hart Hudson, cultivateur de tabac.

Mais la réforme, c’est aussi pour retenir les étudiants étrangers : on estime que 40% des scientifiques aux Etats-Unis sont des immigrants, d’ailleurs deux fois plus enclins à entreprendre que le reste de la population.

Enfin, l’argument à long terme est démographique. Seule l’immigration pourra permettre de maintenir à 67% la population active, dans l’avenir, aux Etats Unis.