DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Revue de la presse nationale française du mercredi 30 janvier


monde

Revue de la presse nationale française du mercredi 30 janvier

A la Une des journaux de l’hexagone ce mercredi,

La situation au Mali qui continue à dominer l’actualité. Liberation raconte la vie à Gao qui reprend peu à peu après le Chaos. La cité a véçu sous une véritable chape de plomb islamiste. Les armées françaises et maliennes viennent tout juste de la libérer mais la crainte des représailles parmi la population est très tenace comme l’explique l’envoyé spécial du quotidien sur place.

La Croix tente de prendre de la hauteur et de tracer des perspectives. Après Tombouctou libérée, reste le Mali à reconstruire s’interroge le journal catholique. Il faut à la fois empêcher pillages et vengeances, penser aux futures institutions et donc aux élections. L’Etat malien est à refonder et cela va prendre du temps, beaucoup de temps.

Le Monde explique pour sa part comment la France a décidé la guerre. Et le quotidien du soir de dresser le portrait de Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense qualifié de “bon soldat” du président Hollande. Une enquête qui revient aussi sur ces faucons autour du chef d’Etat français.

L’autre titre phare des manchettes c’est le début du débat hier sur le mariage pour tous à l’Assemblée nationale. L’hémicycle s’est enflammé à gauche et à droite sur ce texte sensible dont la discussion fait rare devrait prendre au moins 15 jours, week-end compris. Les flammes de l’union pour tous à peine attisées, d’autres ont déjà été ravivées sur la désormais fameuse PMA, la procréation médicale assistée ou encore la GPA, la gestation pour autrui. Le Figaro dénonce en Une l’ouverture d’une brèche par Christiane Taubira. Le quotidien conservateur relève que la Garde des Sceaux a publiée une circulaire vendredi dernier qui recommande de délivrer la nationalité française aux enfants nés à l‘étranger d’un père français ayant utilisé la gestation pour autrui. Le président de l’Assemblée, Claude Bartolone soutient la ministre en estimant qu’il faut en finir avec “ces fantômes de la République”. Sécuriser juridiquement tous les enfants de France selon le credo défendu avec force par la Garde des Sceaux. Différents spécialistes donnent leur point de vue volontiers opposés. Certains accusant Christiane Taubira de légaliser en silence le recours aux mères porteuses, d’autres y voyant au contraire la fin d’un vide juridique préjudiciable en premier lieu à ces enfants comme l’explique le site info de France Télévisions.

Prochain article

monde

Brésil : un feu de bengale à l'origine de l'incendie meurtrier dans une discothèque