DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un autre Moyen-Orient

Vous lisez:

Un autre Moyen-Orient

Taille du texte Aa Aa

Sur Euronews, quand on vous parle du Moyen-Orient, c’est pour décrire la violence, la guerre, le désespoir. C’est tout l’inverse qui intéresse l’artiste libanais Nadim Karam. Ses oeuvres sont exposées en ce moment à la galerie Ayyam de Londres.

Nadim Karam, un rêveur qui s’assume.

“J’ai grandi au Liban. J’ai connu la guerre et même aujourd’hui la guerre est partout autour de nous au Moyen-Orient”, dit-il. “A travers mon travail, on ressent l’absurdité de la guerre et l’optimisme qu’il faut continuer à transmettre aux gens de notre entourage. J’utilise beaucoup le brillant, les couleurs vives pour nous emmener au-delà de la réalité et nous apporter de la joie et de la vie”.

La galerie Ayyam de Londres est la petite soeur de celle de Damas, créé en 2006. La guerre civile en Syrie a mené à sa fermeture temporaire, au grand dam de son co-fondateur Khaled Samawi.
Pour lui, il est important que la culture des pays de la région s’affirme. Pour le message de paix qu’elle véhicule.

“Les arts du Moyen-Orient, ce n’est que du positif”, souligne Khaled Samawi. “Cela intéresse les gens parce que c’est une région formidable, au-delà de s’y passe aujourd’hui, de toute cette violence. Je pense que l’art peut aider les gens à garder l’espoir de faire de la région un endroit meilleur où il fait bon vivre”.

L’exposition s’appelle “Tirer sur les nuages”. Un manifeste artistique et onirique de Nadim Karam à découvrir jusqu’au 9 mars.