DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Hollande : la France restera au Mali "le temps qu'il faudra"


Mali

Hollande : la France restera au Mali "le temps qu'il faudra"

Drapeaux, slogans, sourires et gratitude d’un public hétéroclite… Lorsque François Hollande débarque à Bamako, il est accueilli en libérateur.

Nul n’ignore cependant que la reconquête éclair des trois grandes villes du Nord-Mali, encore aux mains de groupes islamistes il y a moins de dix jours, n’est que le début d’une bataille à l’issue incertaine.

“La France n’a pas vocation à rester ici au Mali parce que ce sont les Maliens eux même, les Africains, qui assureront la sécurité, l’indépendance, la souveraineté. C’est ainsi que je conçois les relations entre la France et l’Afrique”, a déclaré François Hollande.

Ne pas céder au triomphalisme et surtout ne pas s’enliser… Les dirigeants français et maliens ont également appelé la population à être exemplaire.

“Dans l’euphorie de la liberté retrouvée, avance le président malien par intérim Dioncounda Traoré, ne vous laissez pas aller à l’excès, aux amalgames et à des réflexes de vengeances”.

Selon les mots d’une des femmes venues l’accueillir à Tombouctou, le président français a abbatu l’arbre mais il reste à le déraciner. La France restera “le temps qu’il faudra” a rassuré François Hollande, ajoutant que la nation avait une dette envers le Mali et l’Afrique, dont des bras valides s‘étaient ralliés aux forces françaises lors des deux guerres mondiales.

Pour l’heure, 3500 soldats français sont déployés sur le sol malien. Les groupes islamistes, eux, se sont retranchés dans le massif désertique de l’Adrar des Ifhogas, au nord-est du pays, là où sont peut-être détenus les sept otages français.

A Tombouctou le chef de l’Etat français a visité un centre de conservation de manuscrits anciens, dont beaucoup ont été brûlés; stigmates de dix mois d’application rigoriste de la charia.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Turquie : une groupe marxiste revendique l'attentat anti-américain