DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

John Kerry: "la diplomatie est dans mes gènes"

Vous lisez:

John Kerry: "la diplomatie est dans mes gènes"

Taille du texte Aa Aa

C’est un accueil chaleureux qu’a reçu John Kerry au département d’Etat à Washington ce lundi. Le nouveau secrétaire d’Etat américain a pris ses fonctions et s’est adressé à des centaines de fonctionnaires réunis dans le grand hall de cet immense ministère de 70 000 personnes. Pas de discours politique mais des anecdotes et de l’humour. “Un homme peut-il diriger le département d’Etat?”, a plaisanté John Kerry qui succède à deux femmes, Hillary Clinton et Condoleeza Rice.
Le nouveau chef de la diplomatie américaine a également livré une anecdote sur son enfance lorsque son père, diplomate, était en poste à Berlin-Ouest en 1954. Alors âgé d’une dizaine d’années, il s‘était rendu à vélo avec son passeport dans le secteur Est, “le secteur russe, qui me frappait par sa dureté et sa désolation”. Je voyais vraiment la différence entre l’Est et l’Ouest. (…) Quand je suis revenu (à l’Ouest), j’ai vraiment éprouvé un sentiment de soulagement et cela a été une grande leçon sur les vertus de la liberté et les vertus de ces principes – ces idéaux – pour lesquels nous vivons”.

John Kerry a fait plusieurs fois le tour du monde et accumulé une solide expérience internationale grâce à 28 années au Sénat, dont les dernières à la tête de la commission des Affaires étrangères.

“Tout ce que je ferai sera centré sur la sécurité et la sûreté”, a assuré Kerry au sujet des postes de son ministère répartis dans le monde. Le département d‘état est marqué par l’attaque contre son consulat à Benghazi qui a coûté la vie à son ambassadeur et à trois agents américains le 11 septembre.

John Kerry avait déjà exposé sa feuille de route lors de son audition de confirmation devant le Sénat le 24 janvier: tenter de résoudre le casse-tête du nucléaire iranien, essayer de relancer le processus de paix entre Israël et les Palestiniens, resserrer les liens avec la Chine et lutter contre le changement climatique. Ce à quoi s’ajoutent la guerre en Syrie, l’antiterrorisme en Afrique du Nord et au Sahel ou la Corée du Nord.

Avec AFP et Reuters