DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'intelligence artificielle au service des plus âgés

Vous lisez:

L'intelligence artificielle au service des plus âgés

Taille du texte Aa Aa

La durée de vie s’allonge dans de nombreux pays et de plus en plus de personnes âgées vivent seules. Peuvent-elles bénéficier de davantage de sécurité grâce à l’intelligence artificielle ? Un système informatique peut-il détecter un accident et donner l’alerte ? Des chercheurs explorent ces pistes.

A Brême dans le nord de l’Allemagne, des ingénieurs simulent des chutes sur le sol devant un drôle d’appareil. L’expérience s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche international visant à rendre la vie des personnes âgées plus sûre. Des volontaires participent, comme Linda Haake qui à 88 printemps, a des difficultés pour se déplacer.

Elle réside dans un appartement au sein d’Am Rosenberg, une maison de retraite privée. La vieille dame passe le plus clair de son temps avec ses amis, mais quand elle se retrouve seule, elle n’est pas inquiète : un dispositif de surveillance intelligent installé en hauteur dans la pièce garde un oeil sur elle. “Avec ce système, je me sens en sécurité,” assure Linda Haake, “je sais que s’il m’arrive quelque chose, il enverra un signal d’alarme même si je ne comprends pas vraiment comment ça fonctionne.”

L’appareil – une boîte équipée d’une caméra stéréo – a été conçu pour réagir si une personne tombe dans sa ligne de mire. Ce système électronique de vidéosurveillance ne détecte que les contours d’objets en mouvement, il garantit le respect de la vie privée de l’occupant des lieux. “Ce que nous avons développé pour ce projet,” explique Ahmed Nabil Belbachir, coordinateur du projet CARE pour l’Institut autrichien de technologie, “c’est un détecteur optique et non pas une caméra traditionnelle , c’est un détecteur visuel qui s’inspire de la nature, comme un oeil d’insecte par exemple qui regroupe une série de pixels qui réagit au mouvement dans son champ de vision.”

Ce dispositif peut facilement être installé dans l’espace de vie d’une personne âgée et fonctionne en totale autonomie. Il n’envoie pas d’images vidéo à l’extérieur, donc ce qui se passe dans l’appartement reste totalement privé. Plus besoin d‘équiper le résident d’appareil portatif. Ce logiciel reconnaît qu’une chute se produit en analysant simplement l‘évolution de la position du corps et la vitesse des mouvements.

Le système ne se déclenche que si quelqu’un fait une chute. Dans ce cas-là, un SMS est envoyé aux proches ou aux auxiliaires de vie. “On a entraîné notre logiciel à réagir à plus de 1200 chutes différentes en utilisant des algorithmes qui s’appuient sur les réseaux de neurones artificiels,” précise Ahmed Nabil Belbachir, “le système apprend de ces exemples,donc aujourd’hui, on peut l’utiliser dans la réalité pour détecter des chutes grâce à un dispositif autonome.”

On pourrait ainsi réduire le recours au personnel aidant qui semble de plus en plus difficile à recruter avec le vieillissement de la population ans de nombreux pays.

Dans cette maison de retraite de Brême, trois appartements sont d’ores et déjà équipés de ce dispositif de vidéosurveillance nouvelle génération. D’autres pensionnaires se montrent intéressés. “Différents systèmes existent sur le marché,” affirme la directrice d’Am Rosenberg, Melanie Thöben, “mais on a choisi celui-là parce qu’il améliore la sécurité des pensionnaires tout en ne portant pas atteinte à leur vie privée, ce qui est une chose que nous devons éviter.”

Cette nouvelle technologie est encore en phase de test pour s’assurer de sa fiabilité avant toute commercialisation.

http://care-aal.eu