DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Bruce Willis, toujours dur à cuire


cinema

Bruce Willis, toujours dur à cuire

En partenariat avec

Six ans après “Die Hard 4”, Bruce Willis reprend du service pour “Die Hard 5 : Belle journée pour mourir”.

Les ennemis sont toujours les mêmes : les méchants terroristes.
Mais en général, John McClane est seul contre tous et il n’a besoin de personne pour tirer dans le tas. Cette fois-ci, le flic peut compter sur son fils.

L’action se passe à Moscou mais c’est à Budapest que le film a été tourné. Aucune importance, le principal, c’est que ça explose dans tous les sens.

“Beaucoup, beaucoup, beaucoup d’action !”, dit le réalisateur John Moore pour résumer son film. “On fait débarquer John McClane à Moscou, c’est la première fois qu’il sort des Etats-Unis. Alors le film est beaucoup, beaucoup, beaucoup plus grand que ceux d’avant”.

C’est Jai Courtney qui interprète le fils de John McClane. Et avec un Bruce Willis qui approche de la soixantaine, l’acteur australien pourrait se mettre à rêver de prendre la relève : “Ecoutez, si on m’appelle pour me proposer de prendre la suite de la série, eh bien je dirais oui, c’est obligé ! Avec ou sans Bruce, ça, vous verrez bien. Mais je pense qu’il a encore de quoi en faire quelques-uns”.

En tous cas, le sujet de la retraite est un sujet tabou pour le chauve le plus célèbre du monde. Bruce Willis tient à montrer qu’il tient la baraque et c’est avec une fierté non dissimulée qu’il a foulé le tapis rouge avec sa femme de 34 ans.

“J’ai pas l’intention de passer le relais !”, a affirmé la star. “J’ai 25 ans de “Die Hard” derrière moi. Je le ferai s’il se passe quelque chose, si je me blesse. J’aimerai bien retravailler avec Jai, c’est un grand acteur, parfait pour incarner mon fils mais c’est pas encore le moment de passer le témoin”.

Et Bruce Willis prouve qu’il sait encore manier la gâchette et sauter dans le vide sans avoir peur. “Die Hard 5” sort le 14 février. Fusillades, cascades et explosions. Parfait pour la Saint Valentin.

Prochain article

cinema

Hitchcock, du caméo au biopic