DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Gouvernement d'union nationale en Tunisie


Tunisie

Gouvernement d'union nationale en Tunisie

Un gouvernement d’union nationale, c’est la proposition des islamistes au pouvoir en Tunisie pour désamorcer la colère de la rue.

Un policier a été tué ce mercredi à Tunis dans de violents affrontements en marge d’une manifestation visant à dénoncer l’assassinat le matin même du leader de l’opposition Chokri Belaïd.

“J’ai décidé de créer un gouvernement d’union nationale, composé de technocrates sans appartenance politique,” a annoncé le Premier ministre Hamadi Jebali, qui a condamné l’assassinat de Chokri Belaïd.

Chokri Belaïd, 48 ans, fervent critique du gouvernement était un des chefs du Front populaire, la coalition de gauche. Il a été abattu à bout portant à Tunis alors qu’il sortait de chez lui.

20.000 personnes sont descendues dans la rue pour escorter sa dépouille jusqu‘à la morgue.

Ses proches ont accusé les islamistes du Ennahda au pouvoir d‘être responsables de sa mort et des locaux du parti ont été attaqués dans plusieurs villes du pays. Partout, les manifestants ont appelé à la démission du gouvernement.

L’opposition laïque tunisienne a elle suspendu sa participation à l’Assemblée constituante et a appelé à une grève générale pour les funérailles de Chokri Belaïd, vendredi.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Tunisie : l'opposition accuse le parti Ennahda du meurtre de Chokri Belaïd