DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Polémique autour des frappes de drones contre des citoyens américains


Etats-Unis

Polémique autour des frappes de drones contre des citoyens américains

Les autorités américaines peuvent ordonner que des drones ouvrent le feu et tuent des citoyens américains soupçonnés d‘être des activistes d’Al-Qaïda. Cette consigne figure dans un rapport confidentiel du ministère américain de la justice. Un rapport dont la presse s’est procurée une copie.

Par la voix de son porte-parole, James carney, la Maison-Blanche justifie cette politique. “Ce type de frappe aérienne peut être nécessaire pour atténuer une menace existante, pour empêcher des complots, pour prévenir d‘éventuelles attaques et pour protéger des vies américaines, estime-t-il. De telles frappes sont légales, elles sont éthiques et elles sont judicieuses”.

Mais les arguments avancés par la Maison-Blanche sont contestés par les associations de défense des libertés civiles.

“C’est un document qui fait froid dans le dos, commente Hina Shamsi, resposanble de l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU). On est au coeur de ce qui fonde, dans notre démocratie, la relation entre le pouvoir exécutif et les citoyens. Et là en l’occurence, on constate une violation du droit le plus fondamental, inscrit dans la constitution, à savoir qu’un gouvernement ne peut pas exécuter des citoyens en dehors des règles de droit”.

En octobre dernier, au Pakistan, plusieurs milliers de personnes avaient pris part à une marche pour protester contre les attaques de drones américains. A l’origine de cette mobilisation, un ancien de joueur de cricket, Imran Khan, qui s’est reconverti dans la politique.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Un Picasso vendu 33,2 millions d'euros à Londres