DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Tunisie : l'opposition accuse le parti Ennahda du meurtre de Chokri Belaïd


Tunisie

Tunisie : l'opposition accuse le parti Ennahda du meurtre de Chokri Belaïd

Chokri Belaïd est mort des suites de ses blessures dans un hôpital de Tunis où il avait été transporté.
A l’intérieur de l‘établissement, son épouse Basma, encore couverte de sang, était effondrée. Dehors, des militants d’opposition totalement bouleversés ont crié leur rage. “Ce sont des miliciens du parti islamiste Ennahda qui ont fait ça, a lancé un Tunisien. Les gens doivent savoir que les criminels sont directement liés au chef de ce parti”.
“Le gouvernement n’a pas d’autre choix que de démissionner, s’est emporté une femme. Sinon, le peuple le fera tomber”.

Le parti Ennahda a nié toute implication dans l’assassinat de Chokri Belaïd. Le président tunisien Moncef Marzouki, qui était en visite au Parlement européen, a condamné la mort de son ami: “Cet odieux assassinat d’un leader politique que je connais bien, qui a été pour moi un ami de longue date, Chokri Belaïd, c’est un assassinat politique, aujourd’hui même, sachant que j’allais m’adresser à vous. C’est une menace, c’est une lettre envoyée mais qui ne sera pas reçue, nous refuserons, nous refusons ce message, et nous continuerons à démasquer les ennemis de la révolution”. Le président a dû rentrer d’urgence en Tunisie, où les manifestations commençaient à dégénérer, notamment à Sidi Bouzid, berceau de la révolution de 2011.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Cuba : le spleen de la classe moyenne