DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Tunisie : la rue en colère après l'assassinat d'un opposant


Tunisie

Tunisie : la rue en colère après l'assassinat d'un opposant

L’assassinat ce mercredi matin du leader d’opposition Chokri Belaïd enflamme de nouveau la rue en Tunisie.

Des heurts ont éclaté entre policiers et manifestants devant le ministère de l’Intérieur à Tunis. Après avoir essuyé des jets de pierres et de bouteilles, les forces de l’ordre ont tenté, en vain, de disperser la foule.

Le cortège de 20.000 personnes s’est regroupé sur l’avenue Bourguiba autour de l’ambulance qui acheminait la dépouille du défunt à la morgue.

Les proches de la victime ont accusé le parti islamiste au pouvoir, Enahda, d‘être responsable de sa mort. Des locaux d’Enahda ont d’ailleurs été attaqués dans plusieurs villes du pays, où les manifestations se sont multipliées.
L’opposition laïque tunisienne a elle appelé à une grève générale ce jeudi pour les funérailles de Chokri Belaïd.

Critique acerbe du gouvernement, Chokri Belaïd, 48 ans, a été abattu de trois balles à bout portant alors qu’il sortait de chez lui. Il était un des chefs de la coalition de gauche, le Front populaire. Cet assassinat fait craindre un nouveau cycle de violences en Tunisie, déjà minée par une crise économique, sociale et politique.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Mali : début de retrait de l'armée française en mars