DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Wadjda", premier film d'une femme saoudienne


cinema

"Wadjda", premier film d'une femme saoudienne

En partenariat avec

Wadjda a 12 ans. Elle vit en Arabie Saoudite.
Elle a un rêve : gagner un concours de récitation coranique pour s’acheter un vélo. Le problème c’est que dans le royaume wahabbite, une simple bicyclette est une menace pour la vertu des filles.

“Wadjda” a été entièrement tourné en Arabie Saoudite. C’est très rare. Et il a été réalisé par une femme. Là, ce n’est pas seulement rare. C’est du jamais-vu.

“Réaliser ce film dans mon pays a été très difficile”, reconnaît la réalisatrice Haifaa Al Mansour. “Il a fallu que je me cache avec mon talkie-walkie dans un camion de tournage pour diriger les acteurs. On vit une véritable ségrégation”.

Salué au Festival de Venise, “Wadjda” est un film délicat, juste. Porté par une héroïne mutine qui rappelle la petite Marjane Satrapi de “Persépolis”.

Ce film saoudien, poétique et militant, ne sera pas projeté dans le royaume. Il n’y a pas de salle de cinéma en Arabie Saoudite.

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

Bruce Willis, toujours dur à cuire