DERNIERE MINUTE

Versions contradictoires autour d'une fusillade à Bamako

Vous lisez:

Versions contradictoires autour d'une fusillade à Bamako

Taille du texte Aa Aa

C’est le flou autour d’une fusillade meurtrière dans une caserne de Bamako. Des officiers maliens disent que de violents échanges de tirs les ont opposé à des mutins issus d’une unité de parachutistes fidèles à l’ancien président renversé l’an dernier. Mais des témoins contredisent cette version. Pour eux, l’armée malienne a ouvert le feu sur les familles des parachutistes de la base.

“Vous allez voir le sang des cadavres qui étaient là-bas”, dit un homme.

“Des femmes ont été blessées. Ils étaient en train de tirer vraiment sur tout le monde, comme ça. les gens du quartier sont venus pour voir ce qu’il se passait. Et ils ont commencé à tirer sur tout le monde”, explique un autre.

Le Président malien par intérim, Dioncounda Traoré, a vivement condamné les “tirs fratricides” entre soldats maliens.

Parallèlement, à Gao, au nord-est de bamako, un kamikaze à moto s’est fait exploser devant un poste de contrôle de l’armée malienne.
L’homme est mort sur le coup. Un soldat malien a été blessé. Il s’agit du premier attentat-suicide commis au Mali depuis le début de l’opération Serval.

Cette attaque semble être une nouvelle étape dans la logique de guérilla que déploient les islamistes avec une rapidité qui inquiète de nombreux observateurs.