DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le visage de l’origine du Monde de Courbet découvert ?


France

Le visage de l’origine du Monde de Courbet découvert ?

Le célèbre tableau de Gustave Courbet, L’Origine du monde, montrant le sexe d’une femme dont la tête est hors-cadre, ne serait qu’une partie d’un plan grand tableau dont la partie comportant le visage aurait été retrouvé.
C’est ce qu’a affirmé Jean-Jacques Fernier, spécialiste à l’Institut Gustave Courbet dans les colonnes du Paris-Match de cette semaine.

Un portrait de femme sans signature, acheté 1 400 euros par un amateur à un antiquaire en 2010, présente, selon des experts qui ont étudié la toile, des signes concordants avec le tableau sulfureux de Courbet. Les teintes, les fils de la trame et les dimensions correspondraient à ceux de L’Origine du monde. Jean-Jacques Fernier ajoute « les découpages de ce portrait non signé et le fait qu’autour du cadre il y avait de la peinture qui restait […] m’a montré qu’il était découpé de quelque chose d’autre ».

La femme représentée sur ce tableau serait Joanna Hifferman, maîtresse de Courbet. L’amateur qui a trouvé le portrait déclare l’avoir reconnue après avoir vu La Femme au perroquet du même peintre.

L’Origine du monde acquise par le Musée d’Orsay par dation de la Fondation Lacan avait initialement été acheté par un diplomate turc, Khalil-Bey. Selon Jean-Jacques Fernier « Khalil-Bey n’a pu acheter que cette partie-là parce qu’on ne pouvait pas vendre un tableau aussi érotique à cette époque-là, c’était impensable. Quand Khalil-Bey l’a acheté, Courbet a enlevé la tête et le reste de ce tableau ».

Mais son avis n’est pas partagé par tous. Le musée Courbet à Ornans, sa ville natale, s’est dit « très surpris ». Sa conservatrice, Frédérique Thomas-Morin, a affiché son scepticisme : « Courbet a fait plusieurs portraits de Jo Hifferman, qui était rousse, et je trouve qu’il y a peu de ressemblance avec le visage de la brune du tableau de Paris-Match ».

« Il y a chez Courbet une sauvagerie, un travail avec des brosses larges. Ici le visage de la femme est réalisé de façon plus fine, plus méticuleuse, plus académique », acquiesce Hubert Duchemin, expert en tableaux à Paris, avant d’ajouter « C’est un travail de belle qualité, contemporain de Courbet mais ce n’est pas un Courbet ».

La bataille d’experts est donc lancée. Aura-t-on le fin mot de l’histoire pour l’exposition sur L’Origine du Monde que prépare justement le musée Courbet à l’été 2014 ?

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Sommet européen: les 27 mettent le cap sur un accord