DERNIERE MINUTE

Le scandale à la viande de cheval montre les failles d'un système

Vous lisez:

Le scandale à la viande de cheval montre les failles d'un système

Taille du texte Aa Aa

Le scandale à la viande de cheval prend une dimension européenne et les questions fusent.
La fraude pourrait remonter à août 2012, d’après le distributeur des produits incriminés, le Suédois Findus, qui cite une lettre de son fournisseur français de lasagnes Comigel.
L’affaire a été médiatisée au Royaume-Uni après la découverte de viande de cheval dans des lasagnes censées contenir uniquement du boeuf. Elle implique plusieurs pays européens, notamment le Luxembourg où les lasagnes ont été fabriquées par une filiale de Cogimel avec de la viande importé “auprès d’un fournisseur français”.
Spanghero, le fournisseur français de viande, lui, a affirmé qu’il poursuivrait le producteur roumain auprès duquel il s‘était approvisionné.
En Roumanie, l’association Romalimenta est certaine que Spanghero savait qu’il n’importait pas du boeuf, “car le cheval a une couleur, une texture et un goût particuliers”, ajoute-t-elle.

Avec AFP

l’origine de cet impair, le groupe luxembourgeois Tavola, filiale du français Comigel, qui prétend avoir été dupé lui-même par un de ses fournisseurs roumains, pensant qu’il s’agissait de viande d’origine française.

SOT 53-1’13 BUTCHER, CHRIS GODFREY:
“Pour moi, je crois que le problème vient des supermarchés eux-mêmes qui se montrent trop pressants à l‘égard de leurs fournisseurs, pour que tout le monde fasse un minimum de profit. Ils mettent la pression à leurs fournisseurs, qui en font de même avec les leurs, etc. Pressés de la sorte, ils en viennent à proposer une qualité plus que douteuse et on en arrive à ça.”

Comme en Grande-Bretagne, la France a à son tour retiré des rayons les lasagnes incriminées. Quant à la suède, pays d’origine du géant de l’alimentation, elle a déjà fait rappeler environ 20.000 produits en attendant de nouvelles expertises