DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Scandale de la viande de cheval : Bruxelles et les ministres concernés réagissent


Le bureau de Bruxelles

Scandale de la viande de cheval : Bruxelles et les ministres concernés réagissent

L’Irlande, la France, le Royaume-Uni et désormais l’Allemagne… Alors que la liste des pays touchés par le scandale de la fraude à la viande de cheval s’allonge, une petite dizaine de ministres se sont réunis en urgence à Bruxelles, avec le commissaire européen en charge du dossier Tonio Borg. A l’issue de la réunion, ce dernier a proposé toute une série de tests sur les produits à base de viande à travers l’Europe.
 
“Je souhaite un échange des informations sur les règles des contrôles alimentaires dans les États membres, pour pouvoir agir, car nous avons été trop lents sur cette affaire “, a déclaré Owen Paterson, le ministre britannique. 
 
Pour le ministre irlandais de l’Agriculture, Simon Coveney, dont le pays a été le premier touché il y a près d’un mois, la réponse doit se situer sur deux plans :
 
“Il nous faut deux choses : appliquer correctement les règles actuelles et aussi peut-être plus de tests, de contrôles. Personnellement je suis pour l’idée d’utiliser les contrôles d’ADN dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire.”
 
Benoît Hamon, ministre français de l’Economie sociale et de la Consommation estime, lui, que “la règlementation européenne évolue de façon à ce que l’origine de la viande figure sur les étiquettes des plats cuisinés.”
 
Audrey Tilve, correspondante à Bruxelles, de conclure : “La Commission européenne n’a de cesse de le répéter. A ce stade, il ne s’agit pas d’une crise sanitaire, mais Bruxelles est sous pression pour durcir les règles et montrer sa réactivité face à une industrie qui brouille de plus en plus les pistes.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

ArcelorMittal : Bruxelles demande de suspendre les plans de restructuration