DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Viande de cheval: Le gouvernement français met en cause la société Spanghero

Vous lisez:

Viande de cheval: Le gouvernement français met en cause la société Spanghero

Taille du texte Aa Aa

La société française Spanghero aurait sciemment commercialisé de la viande de cheval sous
l‘étiquetage “boeuf”. Les résultats de l’enquête concernant la fraude sur la commercialisation de viandes bovines et chevalines ont été rendus publiques ce jeudi par le ministre français délégué à la Consommation.

“Selon les éléments de l’enquête, il semblerait bien que le premier agent ou acteur de cette filière à estampiller “boeuf” de la viande de cheval provenant de Roumanie est bien la société Spanghero. L’enquête démontre que Spanghero savait qu’il étiquetait en quelque sorte “Boeuf” potentiellement de la viande chevaline”, a dit Benoît Hamon.

L’agrément sanitaire de Spanghero a été provisoirement suspendu. La société a cependant démenti les accusations et réaffirmé qu’elle pensait vendre du bœuf.

Par ailleurs, les trois carcasses de cheval envoyées en France depuis des abattoirs du Royaume-Uni et contenant des traces de phénylbutazone – un anti-inflammatoire potentiellement nocif pour la santé -ont été identifiées dans le Pas-de-Calais.
Elles ne seraient pas “rentrées dans la chaîne alimentaire et doivent être détruites”. C’est ce qu’a affirmé le ministre français de l’Agriculture.

Enfin, la police britannique a annoncé avoir procédé à l’arrestation de trois personnes dans le cadre de cette affaire.