DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Berlin tourne Kazakh

Vous lisez:

Berlin tourne Kazakh

Taille du texte Aa Aa

La Berlinale a la réputation d’ouvrir sa programmation à des films du monde entier. Des films que l’on a pas l’habitude de voir. Pour la première fois dans la capitale allemande, c’est un film du Kazakhstan qui a été projeté : “Leçons d’harmonie”, du tout jeune réalisateur Emir Baigazin.

“Je suis extrèmement heureux. Ca se bouscule dans ma tête, je suis comblé”, se réjouit-il.

“Leçons d’harmonie”, c’est l’histoire d’Aslan, 13 ans. Un collégien racketté, harcelé, battu par ses camarades. Un film dont les comédiens sont tous des amateurs. Un défi pour le réalisateur : “Il fallait trouver le bon équilibre entre la liberté dont les adolescents ont besoin, leur envie d’improviser et la rigueur, la discipline nécessaire à notre travail. Il faut être clair et faire comprendre aux jeunes que la rigueur dont j’ai besoin pour m’exprimer doit être respectée. Ils sont libres, mais jusqu‘à un certain point”.

Emir Baigazin exprime ainsi avec des mots voilés ce que vivent tous les Kazakhs, au vu de la situation qui règne dans leur pays : “Libres, mais jusqu‘à un certain point”.

Malgré le régime autoritaire du président Nazarbayev, les autorités kazakhs nous assurent que leur cinéma est non seulement libre mais florissant.

“Nous produisons entre 12 et 14 films par an au Kazakhstan”, se félicite Yermek Amanshayev, président des studios Kazakhfilm. “10 sont produits par nos studios. Nous sommes un organe d’Etat et nous travaillons aussi avec des entreprises privées. Nous sommes les seuls à faire ça au Kazakhstan”.

Difficile d’apprécier le degré de liberté du réalisateur, au vu de la censure que subissent artistes et journalistes au Kazakhstan. La critique a salué sa mise en scène mais a regretté sa trop grande candeur.

“Marcher sur le tapis rouge de la Berlinale n’est pas seulement un grand moment pour le jeune réalisateur Emir Baigazin, c’est aussi une fierté pour toute l’industrie du cinéma au Kazakhstan”, s’enthousiasme Wolfgang Spindler, envoyé spécial d’Euronews à au festival de film de Berlin.