DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Viande de cheval : Spanghero craint pour ses emplois après les accusations du gouverment

Vous lisez:

Viande de cheval : Spanghero craint pour ses emplois après les accusations du gouverment

Taille du texte Aa Aa

Mise en cause par le gouvernement français dans le scandale de la viande de cheval, l’entreprise Spanghero clame son innocence et affirme que la tromperie vient d’ailleurs. La société, basée dans l’Aude, s’est vu retirer provisoirement son agrément sanitaire ce qui, pour la direction, équivaut à une condamnation à mort.

“Nous avons envoyé du bœuf, acheté du bœuf, vendu du bœuf. Bien sûr, il y a des choses qui nous ont échappé, on en a la responsabilité, et je veux bien qu’on assume. Mais de là à retirer un agrément, de là à tuer une entreprise, vous ne pensez pas, quand même, que c’est disproportionné?”, s’insurge Christophe Giry, directeur commercial et du marketing chez Spanghero.

Le retrait de l’agrément sanitaire menace à terme les 300 emplois de cette entreprise, fondée en 1970 par d’anciens frères rugbymens. Laurent Spanghero, qui avait vendu la société sous son nom il y a quatre ans, se dit bouleversé par les récents évènements qui déshonorent sa famille et détruisent des décennies de travail. “Quand on est patron pendant 40 ans, et qu’on voit tous ce qu’on a fait pendant cette période là être anéanti pour des bêtises qui n’ont pas de sens, pas de raison d‘être… C’est ça qui est terrible. Mes frères se sont battus dur sur tous les terrains du monde pour défendre les couleurs de la France, mais les enfants, nos petits-enfants. Qu’est-ce qu’on va dire demain quand ils vont passer dans la rue? On va dire: “c’est un Spanghero !” Est-ce que vous vous rendez compte de ce qui nous arrive aujourd’hui?”, dit-il en larmes.