DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Sports méconnus 1/5 : qui a dit kabaddi ?


Sport

Sports méconnus 1/5 : qui a dit kabaddi ?

Il n’y a pas que le football dans la vie. Ni le rugby ou le tennis. Le monde regorge de sports plus ou moins connus qui, pour certains d’entre eux, peuvent déplacer les foules par milliers. Série. – 2/5 : la crosse

Le kabaddi

Le kabaddi n’est pas loin d’être le sport préféré des Indiens après le cricket. Il est aussi très populaire au Pakistan et au Bangladesh, où il est sport national, ainsi que, dans une moindre mesure, dans de nombreux pays asiatiques comme le Japon ou la Thaïlande.

Le kabaddi ressemble à un jeu du loup pour adultes. Dans sa forme moderne, il oppose, pendant deux fois vingt minutes, deux équipes de dix joueurs sur un terrain divisé par une ligne. Chaque équipe envoie à tour de rôle un attaquant, appelé raider dans le camp adverse. Son objectif est de toucher, de la main ou du pied, un joueur de la défense adverse. Les défenseurs se tiennent par la main et tentent de parer les attaques du raider. Dès que l’attaquant touche un défenseur, il doit alors retourner dans son camp sans se faire toucher à son tour par les défenseurs désormais détachés les uns des autres. Le chasseur devient la proie.
Difficulté supplémentaire : l’attaquant joue en apnée tant qu’il est dans le camp adverse tout en scandant, dans certaines variantes du jeu, le mot « kabaddi ».
A bout de souffle, l’attaquant peut retourner, bredouille, dans son camp afin de reprendre sa respiration.

Cette particularité s’inspire du yoga. La répétition du mot « kabaddi » s’appelle le « cant » et correspond à une version « vigoureuse » du pranayama, le contrôle de la respiration au yoga.

Le kabaddi expliqué par Manuel Herrero des Nouveaux Explorateurs

Le kabaddi requiert vivacité, rapidité et endurance respiratoire. Pour le spectateur, le match alterne des phases faisant penser à un véritable ballet sautillant, pendant lesquelles les défenseurs en ligne déjouent les attaques du raider, et des phases très agressives où tous les défenseurs se jettent sans ménagement sur l’attaquant.

Il est joué par les hommes comme par les femmes et dès le plus jeune âge.
Ce sport ne nécessite aucun équipement particulier : un terrain de terre ou de gazon, un short et une paire de chaussure, un sifflet. Cela lui a valu le surnom de « sport des masses ». Selon la Fédération mondiale de kabaddi, environ 50 millions de personnes pratiquent ce sport dans 65 pays à travers le monde.


Une joueuse de l‘équipe de Malaisie tente de marquer un point contre la Thaïlande lors des 16ème Jeux Asiatiques en Chine en 2010.

Un sport en voie d’expansion

Vieux de 4000 ans, le kabaddi a évolué vers sa forme moderne tout au long du 20è siècle.
En 1936, il est discipline de démonstration aux Jeux Olympiques de Berlin. Les premières fédérations structurées se créent dans les années 50. Sa popularité va croissante pendant toute la décennie 70. En 1990, le kabaddi devient enfin discipline officielle aux Jeux Asiatiques.

La première Coupe du monde n’a lieu qu’en 2004 mais contribue à faire connaître le jeu dans d’autres pays, notamment les terres d’immigration traditionnelles de l’Inde ou du Pakistan comme l’Angleterre, les Etats-Unis ou le Canada mais aussi, et de manière plus surprenante et plus confidentielle, en Norvège, Allemagne ou Italie.

De plus en plus populaire, le kabaddi se fait rattraper par les mêmes maux que les grands sports mondiaux. Plusieurs scandales de dopage ont entaché les dernières compétitions mondiales. En 2011, l’équipe d’Australie a même été exclue de la Coupe du monde, une première dans l’histoire de ce sport.

Au Canada, la législation sur les visas des joueurs de kabaddi vient d’être revue ce mois-ci car 91 joueurs indiens venus participer à un tournoi international se sont volatilisés et 27 autres ont demandé le statut de réfugié. Les autorités canadiennes craignent qu’un réseau d’immigration clandestine ait profité du visa spécial kabaddi pour faire entrer des personnes sur le territoire. Les adeptes du kabaddi sont atterrés par cette affaire qui ruine des années d’efforts pour promouvoir ce sport.

Malgré ces scandales, le kabaddi va-t-il conquérir la planète ? Certains aficionados se prêtent à rêver à voix haute sur Twitter :
« La lutte ne sera plus discipline olympique aux Jeux de 2020. Ils devraient maintenant introduire le kabaddi. ».

Prochain article

Sport

Basket-Ball : Happy Birthday Michael Jordan