DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Chypre : quel président pour mettre en oeuvre le plan de sauvetage ?


Chypre

Chypre : quel président pour mettre en oeuvre le plan de sauvetage ?

A Chypre, le candidat de droite est arrivé en tête du premier tour de la présidentielle organisée ce dimanche. Nicos Anastasiades a de fortes chance d‘être le prochain président. Lors du second tour, dimanche prochain, il sera opposé à Stavros Malas candidat indépendant soutenu par les communistes au pouvoir.

Quel que soit le vainqueur, il aura la lourde tâche de mettre en oeuvre un plan de sauvetage dont les contours sont en discussion depuis des mois.

“Le gouvernement sortant a déjà négocié les grandes lignes du plan de sauvetage, précise Larkos Larkou, analyste politique. Le nouveau gouvernement n’aura donc qu’une très faible marge de manoeuvre. Pour autant, cela n’empêche pas d’essayer de négocier. L’exemple grec nous montre que c’est possible, même si les résultats ne sont pas très visibles. Cela peut quand même permettre d’obtenir un accord plus acceptable”.

Chypre est au bord de la faillite, avec une croissance en berne, un taux de chômage en hausse et des banques dans le rouge. Pour de nombreux habitants, la responsabilité incombe au président sortant.

“Chypre dispose d’immenses ressources en gaz et en pétrole, dit Giannis, habitant de Nicosie. Et si les dirigeants se débrouillent bien, on pourrait très facilement retrouver le chemin de la croissance !”

“D’ici au second tour de l‘élection, explique Stamatis Giannisis, l’envoyé spécial d’euronews dans la capitale chypriote, les deux finalistes vont tenter de convaincre les électeurs qu’ils sont capables de négocier le plan de sauvetage avec la Troïka, et qu’ils sont capables de remettre l‘économie chypriote sur de bons rails”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Marco Politi, biographe de Benoît XVI : "Le prochain pape sera du centre"