DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Bruxelles tente de sauver le commerce des droits à polluer


Le bureau de Bruxelles

Bruxelles tente de sauver le commerce des droits à polluer

Faire remonter les prix de la tonne de CO2, c’est ce que veut le Parlement européen.
A parfois moins de 5 euros la tonne sur les marchés, au lieu des 25 euros nécessaires, le système créé pour encourager les entreprises à moins polluer et à investir vert ne fonctionne pas.

Les euro-députés ont donc décidé de geler mardi les enchères de certains droits à polluer. Objectif: faire remonter les prix. Le rapporteur du projet, Matthias Groote : “Il n’y a pas d’alternative au système d‘échange de quotas de CO2. La taxe carbone par exemple ce n’est pas une si bonne idée parce qu’au final vous aurez 27 taxes différentes . Voyez tout le débat sur la taxe sur les transactions financières, seuls 11 pays l’ont introduit.”

Faire payer la production de dioxyde de carbone est l’un des piliers de la stratégie européenne de lutte contre le changement climatique. L’objectif est de réduire les émissions de 20% d’ici 2020, mais plusieurs organisations environnementales veulent aller plus loin. Julia Michalak de Climate Action Network Europe : “Nous appelons les décideurs politiques à porter l’objectif de réduction des émissions de CO2 à 30% d’ici à 2020. Et la première étape serait la suppression d’une partie des certificats d‘énergie suivie par d’autres mesures. “

D’autres pays comme la Chine envisagent la mise en place de systèmes d‘échange d‘émissions. Raison de plus pour l’Europe de rééquilibrer le système et maintenir son leadership dans sa lutte pour l’environnement.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

L'Europe assouplit l'embargo sur les armes en Syrie