DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce : avertissement social contre l'austérité


Grèce

Grèce : avertissement social contre l'austérité

Impressionnante résistance civile contre l’austérité en Grèce : près de 60.000 personnes ont défilé dans les rues d’Athènes ce mercredi et des milliers d’autres à travers le pays, à l’occasion de la première grève générale de l’année.

Appelée par les syndicats du privé comme du public, cette mobilisation constitue un véritable avertissement social au gouvernement conservateur d’Antonis Samaras.

“Aujourd’hui, nous sommes quelques milliers dans la rue, mais demain, nous serons beaucoup plus ! Ils doivent nous écouter, nous comprendre, ils doivent comprendre que cette politique ne peut plus durer !” martèle Dionysos Kandiokos, ancien salarié dans l’hôtellerie, aujourd’hui au chômage.

“Les travailleurs souffrent, et ils ne peuvent faire qu’un choix et un seul : celui de résister aussi longtemps que possible, sinon, ils se retrouveront dos au mur, et c’est ce que nous devons éviter !” explique Aleka Papariga, qui dirige le parti communiste grec.

“Cette catastrophe doit prendre fin maintenant ! Cette erreur doit être corrigée immédiatement, pas après les élections allemandes, pas quand cela arrangera Madame Merkel, pas quand il sera trop tard !” prévient Alexis Tsipras, le leader du parti de la gauche radicale Syriza.

La colère gronde après trois ans d’une cure d’austérité imposée par les créanciers internationaux. Résultat : le taux de chômage atteint 27%, 60% chez les jeunes.

Des heurts isolés ont eu lieu à Athènes, mais la manifestation s’est terminée dans le calme.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Berlusconi, l'inusable animal politique