DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'inquiétude au Cameroun après l'enlèvement des ressortissants français

Vous lisez:

L'inquiétude au Cameroun après l'enlèvement des ressortissants français

Taille du texte Aa Aa

Tout porte à croire que le père de famille enlevé avec sa femme et ses enfants au Cameroun se trouve désormais au Nigeria. Installés dans la capitale camerounaise Yaoundé, les sept ressortissants français faisaient du tourisme dans le parc national de Waza lors du rapt.

Paris n’a guère de doute sur l’origine des kidnappeurs. “Nous estimons que c’est la secte Boko Haram qui a procédé à l’enlèvement même si nous n’avons pas encore de revendication”, a ainsi déclaré Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense. “Mais là malheureusement, la terreur succède à l’horreur, a-t-il ajouté. Maintenant cette secte car on pense bien que c’est Boko Haram qui est à l’origine est en train d’enlever des enfants”.

Le Cameroun dit avoir pris des mesures d’urgence pour retrouver les otages. La sécurité a par ailleurs été renforcée près de la frontière nigériane. Une situation inédite dans ce pays réputé calme.

“Je m’inquiète, explique Marie Gisèle Alima, habitante de Douala. Ce sont des choses qu’on n’est pas habitué à voir dans notre pays. Nous sommes un pays pacifique. Il n’y a pas de conflit. On n’a rien à voir avec les terroristes”.

Mais aujourd’hui, les quelques 6200 ressortissants français recensés au Cameroun ne se sentent plus en sécurité. “On pensait être à l’abri de ces groupes islamistes, ici au Cameroun, commente Coraline Molinié, résidant à Douala. Malheureusement, on se rend compte que non. Il y a quand même une forte présence de ces groupes”.

Preuve de l’inquiétude ambiante : le consulat français recommande à ses ressortissants de quitter au plus vite l’extrême-nord du Cameroun.

La France n‘établit pour l’heure aucun lien entre cet enlèvement et son intervention au Mali. Reste que son cavalier seul militaire l’expose désornais davantage aux risques de représailles en Afrique.