DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ferdinando Nelli Feroci : "L'Italie a besoin de croissance"


Le bureau de Bruxelles

Ferdinando Nelli Feroci : "L'Italie a besoin de croissance"

Margherita Sforza, euronews :
L’Europe craint-elle une Italie instable, une Italie ingouvernable ?

Ferdinando Nelli Feroci, Représentant permanent de l’Italie auprès de l’Union européenne :
“Ce qui inquiète le plus, c’est une situation d’incertitude, d’instabilité, l’absence d’une majorité claire, capable de soutenir un gouvernement dans la plénitude de ses fonctions et de ses responsabilités. Nous avons été au centre des préoccupations de l’Europe, surtout au second semestre 2011, parce que nous avions objectivement accumulé une situation d’incertitude et de défiance de la part des marchés, ce qui est devenue une préoccupation de type systémique. Aujourd’hui, la situation est très différente.

Margherita Sforza, euronews :
Il y a de nouveaux mouvements en Italie, comme celui de Beppe Grillo, qui sont fortement eurosceptiques, des mouvements qui selon les sondages pourraient aussi obtenir de bons résultats. Comment expliquez-vous cette montée de l’euroscepticisme en Italie ?

Ferdinando Nelli Feroci :
“D’abord, ce n’est pas un phénomène seulement italien. De la Finlande à l’Allemagne, aux Pays-Bas, par certains aspects la France, ce sont tous des pays qui ont connu ou connaissent l’affirmation de ces formations politiques que je qualifierais de mouvements anti-système.”

Margherita Sforza, euronews :
Mais un pays comme l’Italie, fondateur de l’Union européenne, dans un pays qui a toujours été enthousiaste de l’Europe, que s’est-il passé à votre avis ?

Ferdinando Nelli Feroci :
“La situation économique explique beaucoup de difficultés, d’impatience qui ont conduit de nombreux électeurs à des choix extrêmes. Nous avons tendance à voir les choses de façon simpliste, à voir l’Europe comme un gendarme qui impose des mesures d’austérité sévères, un contrôle budgétaire, une réduction des dépenses publiques et qui peut imposer une augmentation des impôts, au lieu d’offrir une perspective de croissance et la reprise”.

Margherita Sforza, euronews :
“Au delà de la couleur du prochain gouvernement, quelles seront ses priorités au niveau européen ?

Ferdinando Nelli Feroci :
“Nous sommes le pays qui plus que les autres souffrent d’une absence de croissance, qui plus que les autres va enregistrer cette année un PIB négatif, donc s’il y a une priorité que je vois dans l’agenda de n’importe quel futur gouvernement c’est bien la croissance.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

L'euthanasie pour les mineurs en débat en Belgique