DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Italie : l'incertitude sera le pire cauchemar des investisseurs


économie

Italie : l'incertitude sera le pire cauchemar des investisseurs

Dans la campagne pour le scrutin de dimanche et lundi, tous les grands partis ont proposé leurs recettes pour diminuer la charge de la dette italienne.

Car le vainqueur des élections législatives héritera d’une dette publique de 2.000 milliards d’euros. 126% du PIB italien en 2012, Bruxelles anticipe 128% en 2013.

Les mesures d’austérité budgétaire du gouvernement Monti ont sauvé l’Italie d’un scénario catastrophe à la grecque mais sans enrayer la montée de l’endettement.

Il faudrait au moins 1% de croissance pour que cette spirale d’endettement s’arrête. Or la croissance de ces dix dernières années en Italie a été en moyenne de 0,3%.

Mais encore faut-il qu’une majorité émerge de ces élections et c’est ce que les investisseurs redoutent le plus. Il est clair que lundi soir si aucune majorité claire ou par le jeu des alliances ne se dégagent du nouveau paysage du parlement italien, alors le service de la dette qui représente 5,5% du Produit intérieur brut, pèsera soudainement plus lourd. Un nouvelle zone de turbulence financière s’ouvrirait alors pour la zone euro et sa monnaie.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

Avenir sombre en 2013 pour la zone euro selon Bruxelles