DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les petits pains de la réussite

Vous lisez:

Les petits pains de la réussite

Taille du texte Aa Aa

A Timisoara, l’un des trois grands pôles économiques de la Roumanie, il y a plus d’offres d’emploi que de demandeurs. Il faut dire que les entrepreneurs ne manquent pas d’idées pour développer leur business. Exemple avec une ex-boulangerie familiale, devenue totalement incontournable dans son secteur.

Depuis sa création en 1991, la boulangerie-pâtisserie Prospero s’est énormément développée. L’entreprise emploie désormais 180 personnes et a réalisé l’an passé, un chiffre d’affaires de cinq millions d’euros. Il y a quatre ans, de très gros investissements ont été effectués : un bâtiment neuf pour la production, des machines plus performantes et six nouveaux camions de livraison.

Pour mener à bien son projet, Adina Bugescu, l’une des propriétaires de Prospero, a fait appel à la Chambre de commerce et d’agriculture de Timisoara dont les consultants sont membres du Réseau Entreprise Europe (Enterprise Europe Network). Après cinq mois de collaboration, elle a décroché une aide européenne de 750.000 euros. “Cela nous a permis d’augmenter la productivité et de nous aligner sur les standards européens,” souligne Adina Bugescu, “depuis que l’investissement a été réalisé, le chiffre d’affaires a augmenté de 25% et nous avons recruté 60 personnes.”

Depuis plus de 20 ans, la boulangerie de la famille Bugescu propose des pains 100% naturels, avec du levain, sans améliorant et sans utilisation de premix. Un choix qui a aussi largement aidé au bon développement de l’entreprise. D’ailleurs, Adina compte bien ne pas en rester là. “Aujourd’hui, nous avons 14 boulangeries et l’objectif, c’est d’en ouvrir de nouvelles pour augmenter la productivité et la production,” assure Adina Bugescu avant d’ajouter, “par ailleurs, nous avons un rêve : ouvrir une école du pain.”

Le Réseau Entreprise Europe qui est représenté un peu partout en Europe et ailleurs du monde compte 3000 experts dont huit à Timisoara. Sa mission est d’aider les PME – comme cela a été le cas pour Adina – à accéder aux aides de financement européennes ou encore à se développer sur de nouveaux marchés grâce à des séminaires et des missions. A Timisoara, ce réseau est installé depuis 2007 et il est particulièrement actif.
“En moyenne, chaque année, nous participons par le biais du Réseau Entreprise Europe, à trois ou quatre missions économiques à l‘étranger,” précise Octavian Culda, “aussi bien dans l’Union européenne que depuis deux ans, aux Etats-Unis.”

Mais le mot de la fin revient à Adina Bugescu de chez Prospero. Elle nous livre ce qui pour elle, constitue les clés du succès : “il faut déterminer le besoin réel de financement avant d’identifier la source et ensuite,” conclut-elle, “trouver le consultant compatible avec la philosophie de l’entreprise.”