Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

Des centaines d’Egyptiens ont manifesté vendredi devant le bureau du procureur général de la Cour Suprême au Caire. Ils réclament son départ car il a été récemment nommé par le président Mohammed Morsi. Ils y voient une interférence du pouvoir exécutif dans les affaires judiciaires. Selon eux, Morsi agit comme Hosni Moubarak, en plaçant ses partisans à des positions clés au sein des institutions.

Certains manifestent aussi contre les Frères Musulmans et réclament la chute du régime.

L’opposition a aussi déploré que le président ait convoqué hier des élections au 27 avril prochain, alors que le pays est en pleine crise politique.

“Nous sommes ici pour manifester contre le régime fasciste, nous nous sommes débarassés d’un régime corrompu et nous avons un régime fasciste, nos frères sont toujours en prison et on ne peut pas les relâcher. Le principal problème, ce sont les martyrs: jusqu‘à présent nous n’avons pas obtenu leurs droits.” dit un manifestant.

“Aussi longtemps que le sang continuera à couler, cela signifie que le régime manque de légitimité. Nous ne demanderons rien à Morsi, mais dites lui que le procureur général travaille pour ses intérêts et non pour le peuple égyptien.” affirme une autre manifestante.

Dans les rangs des manifestants, se trouvaient de nombreuses femmes, parmi elles, des avocates et des professeures de droit.

“Tous les vendredis, chaque semaine, l’opposition organise un rassemblement contre la politique du président égyptien, mais la différence ces derniers jours, c’est que la manifestation devient plus pacifique et ordonnée. Le mouvement de désobéssance civile qui a commencé concerne plusieurs gouvernorats égyptiens.” précise Mohammed Sheikhibrahim, notre correspondant au Caire.

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :