DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ukraine : l'UE réclame des progrès


monde

Ukraine : l'UE réclame des progrès

Progrès insuffisants, c’est en substance le message que Bruxelles adresse à Kiev à l’issue du 16ème sommet UE-Ukraine.
Le président Ianoukovitch a ainsi été sommé de réaliser des progrès plus concrets sur le front de la démocratie, et ce d’ici le mois de mai si l’Ukraine veut adhérer à l’UE.

En écho à cette rencontre, dans les rues de Kiev, des opposants politiques ont souhaité attirer l’attention de Bruxelles sur la faillite de l’Etat de droit. “A bas la bande”, ou “liberté à Ioulia”, ont-ils scandé.

“Nous sommes face à un pied de nez de nos dirigeants : ils veulent des comptes à l‘étranger, mais ils refusent de mettre un terme à la répression en Ukraine, déplore le bras droit de Ioulia Timochenko Alexander Tourchinov.
L’Europe attend l’Ukraine, mais ce qu’elle attend c’est un Etat sans répression, démocratique et indépendant.”

Les manifestants ont également dénoncé un Etat criminel en Ukraine.
Alors que moins de 10% de la population fait confiance au système judiciaire ukrainien, Alexander Banchuk, du Centre des réformes politiques et juridiques point un manque de volonté politique :

“Pour les enquêteurs il est impossible de remonter jusqu’aux plus hautes sphères de la corruption. Donc pour produire des résultats, ils s’attaquent à ceux qui n’ont pas les moyens de se protéger.”

Enfin les opposants réunis à Kiev ont réitéré leur soutien à l’ancienne égérie de la révolution Orange.
Le cas de Ioulia Timoschenko, condamnée en 2011 à 7 ans de prison pour abus de pouvoir, a contribué à la dégradation progressive des relations entre l’UE et l’Ukraine, depuis l’arrivée au pouvoir de Victor Ianoukovitch il y a 3 ans.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Italie : partage du pouvoir entre gauche et droite