DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'héritage de Benoît XVI

Vous lisez:

L'héritage de Benoît XVI

Taille du texte Aa Aa

Quel pape aura été Benoit XVI? Quel héritage laisse-t-il après huit ans de pontificat? Lorsque le cardinal Joseph Ratzinger est élu en 2005 par ses paires, c’est un traditionaliste conservateur qui prend les rênes de l‘église catholique. L’ancien professeur de théologie fustige le relativisme et la sécularisation rampante de la société. Des prises de position qui lui valent le surnom de “rotweiler de Dieu”.

Premier pape allemand depuis près de mille ans, Benoit XVI n’a jamais vraiment enlevé le costume de professeur, ce qui lui coûtera la première crise de son pontificat. Lors d’une lecture en 2006 à l’université de Ratisbonne, il crée la polémique avec cette citation d’un empereur Byzantin : “Montre-moi donc ce que Mahomet a apporté de nouveau. Tu ne trouveras que des choses mauvaises et inhumaines, comme le droit de défendre par l‘épée la foi qu’il prêchait”. La citation est vécue comme un outrage par le monde musulman, qui accuse Benoît XVI de lier l’islam à la violence. Le pape présente aussitôt ses excuses, regrettant d’avoir été mal interprété. Son voyage en Turquie est perçu comme une tentative de réconciliation avec l’islam.

Les relations de Benoit XVI avec les juifs connaissent également des hauts et des bas. La pape va prier devant le Mur des lamentations; il s’interroge sur le silence de Dieu lors de l’Holocauste. Mais il va aussi autoriser la vieille messe en latin qui inclue une prière pour la conversion des juifs, et surtout il lève l’excommunication des quatre évêques traditionalistes, dont le négationniste monseigneur Richard Williamson, qui avait déclaré, quelques mois auparavant, que les juifs étaient les ennemis du Christ, et la Shoah une invention.

Sur les sujets de société, le pontificat de Benoit XVI est marqué par l’immobilisme. Aucune avancée non plus sur l’usage du préservatif pour combattre le SIDA. Lors d’un voyage en Afrique en 2009, il créé à nouveau la polémique en déclarant que le préservatif n’est pas la solution, et même qu’il aggrave le problème du SIDA.

Mais c’est surtout sa gestion des affaires de pédophilie au sein de l‘Église qui va peser sur son pontificat. Benoit XVI aura demandé pardon plusieurs fois, mais n’aura pas trainé les coupables et les complices devant la justice. ‘‘Je veux vous dire le la honte que nous avons tous ressentie à la suite des abus sexuels sur des mineurs de la part de certains prêtres et religieux. Pour cela, je suis profondément désolé”.

Enfin, Benoit XVI laisse à son successeur un autre scandale : celui des fuites de documents confidentiels du Vatican. C’est l’affaire dite Vatileaks.