DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Des logements pour les sans-abri


Le bureau de Bruxelles

Des logements pour les sans-abri

La maison Triest en Belgique accueille depuis près de 30 ans les personnes sans-abri. La crise économique début 2008 n’a épargné personne : femmes et familles entières se retrouvent à la rue. Le directeur du foyer a vu le nombre de ses résidents grimper en flèche :

Werner Vande Weghe, directeur de la Maison Triest : “Dans les six dernières années le nombre de personnes que nous accueuillons ici est passé d’une cinquantaine par semaine à 850.”

Donner un toit aux SDF, c’est une des trois priorités sociales de la Commission européenne. Un problème systémique, dit la Fédération des associations travaillant avec les sans-abri.

Ruth Owen, FEANTSA, la Fédération Européenne des Associations Nationales Travaillant avec les Sans-Abri : “Les propriétaires qui avant n’auraient pas été considérés comme une population à risque sont de plus en plus vulnérables à cause du nombre grandissant d’exclusions et de forclusions d’hypothèques.”

La municipalité de Gand tache d’adopter une nouvelle approche pour résoudre le problème des sans-abri : avec des relogements rapides à la clef.

Nathalie Maertens, travailleur social pour la ville de Gand : “Il faut leur donner le droit d‘être propriétaire d’une maison. Car la maison c’est un refuge où l’on peut aller après le travail, où l’on peut résoudre ses problèmes… Aussi où l’on peut recevoir ses amis et sa famille pour garder le contact.”

Histoire aussi de sortir du sortir du cercle vicieux qu’a connu Wilfried : sans domicile impossible de trouver un emploi et sans emploi pas de quoi payer un loyer…

Wilfried Bobino : “Hier j’ai eu mes clefs pour mon appartement social, donc dans l’après-midi je vais déménager mes affaires avec quelques amis. puis repeindre acheter quelques trucs. Et puis on verra…”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

L'Europe plafonne les bonus de ses traders