DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Elections au Kenya : dépouillement en cours, crainte d'éventuelles violences

Vous lisez:

Elections au Kenya : dépouillement en cours, crainte d'éventuelles violences

Taille du texte Aa Aa

Au Kenya, les opérations de dépouillement ont commencé, à l’issue d’une journée de vote qui a été globalement calme. Les électeurs étaient appelés aux urnes pour désigner leur président, mais aussi les députés, les sénateurs et les élus locaux.

Il y a cinq ans, les résultats de ces élections générales avaient été contestés. Les affrontements avaient fait plus d’un millier de morts. La communauté internationale redoute la répétition d’un tel scénario, d’autant que les deux principaux candidats à la présidentielle se disent sûrs de la victoire, dès le premier tour.

D’un côté, il y a Raila Odinga, 68 ans, actuel Premier ministre. C’est la troisième fois qu’il est candidat à la présidence.

En face, Uhuru Kenyatta, 51 ans. Fils du premier président du Kenya, et actuel vice-Premier ministre, il est poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI) pour son rôle présumé dans l’organisation des violences post-électorales il y a cinq ans.

On ne dispose d’aucun taux de participation, mais les observateurs affirment que les Kenyans semblent s‘être rendus massivement aux urnes.

Quelques heures avant le début du vote, six policiers ont été tués par des inconnus dans la région de Mombasa. Six assaillants ont également péri dans ces heurts.