DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cuba : une économie exsangue tente de s'ouvrir

Vous lisez:

Cuba : une économie exsangue tente de s'ouvrir

Taille du texte Aa Aa

Confirmé à son poste fin février, le président cubain Raul Castro entame un second mandat avec l’intention de poursuivre les réformes, essentiellement économiques. Objectif : ouvrir le socialisme d’Etat à l’initiative privée. Déjà, certaines mesures ont été prises, mais elles restent encore très limitées.

A la ville et à la campagne, les Cubains nous en parlent comme ce passionné d’escalade qui en a fait son activité dans la clandestinité ou ce restaurateur qui a appris à adapter son menu aux contraintes de l’approvisionnement rationné.

Il y a aussi les quelque 400.000 travailleurs à compte propre dits les “cuentapropistas” dont un quart à la Havane. Une conséquence de l’assouplissement de la législation sur les coopératives et la création de petites entreprises. Partout fleurissent ainsi, les petits commerces et plusieurs marchés dits de petits métiers ont fait leur apparition.

Mais cette réforme, comme d’autres, n’a pas compensé la suppression de centaines de milliers d’emplois dans le secteur public, ni mis un terme à la pauvreté à Cuba. Les Cubains souffrent en outre, du système de double monnaie introduit pour simplifier les transactions en devises et favoriser le tourisme.