DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L’égalité des sexes jusque dans les toilettes en Suède ?

Vous lisez:

L’égalité des sexes jusque dans les toilettes en Suède ?

Taille du texte Aa Aa

Quand on parle égalité des sexes, tous les regards convergent vers la Suède : taux de femmes au travail le plus important du monde, les deux tiers des diplômes suédois détenus par des femmes, congés parentaux généreux pour elles comme pour les hommes… Bref, à l’heure de la Journée des femmes, la Suède est l’exemple à suivre.

Mais jusqu’ou? L‘égalité des sexes doit-elle se jouer dans les toilettes? La région du Sörmland, près de Stockolm étudie en ce moment une proposition de loi qui pourrait obliger les garçons à faire pipi assis, comme les femmes. Est-ce une intrusion dans la vie privée?

Viggo Hansen à l’origine du texte, se fonde exclusivement sur des raisons sanitaires : «Quand mon fils était en maternelle, on l’a forcé à faire pipi debout, alors qu‘à la maison, on lui disait de s’asseoir sur la cuvette. Arrivé à l‘école, il pouvait s’asseoir, il n’y avait pas de problème. Et puis, j’ai lu un article sur une école en Norvège où il était interdit aux garçons faire pipi debout. Beaucoup de gens ont réagi en disant que c‘était une atteinte à la virilité des garçons…. »

Pipi debout ou assis, vaste question de genre

Ann-Hélène Rudberg est militante féministe depuis les 70. Sa propre mère fut victime de violence domestique. Selon elle, aujourd’hui, les femmes ont les mêmes droits que les hommes et les mouvements féministes vont parfois trop loin:
« C’est une lutte de pouvoir entre les hommes et les femmes. Le résultat c’est que nous avons les femmes d’un coté, les hommes de l’autre. Et ce n’est pas bon ni pour les enfants, ni pour personne » affirme-t-elle ainsi.

Dans les écoles de Stockholm, la question de l‘égalité des sexes est inhérente à l’enseignement. Garçons et filles sont encouragés à échapper aux stéréotypes dans leurs jeux, leurs attitudes. Et depuis l’an dernier, le dictionnaire compte un nouveau mot: «Hen», un pronom neutre entre le «il» et le «elle».

«Certains pensent que nous allons changer les filles en garçons et les garçons en filles, bien sur que non », déclare Lotta Rajalin, directrice de l’école Egalia. « Nous souhaitons seulement donner à chaque être humain les mêmes droits. Les mêmes possibilités. Les mêmes responsabilités. C’est une question de la démocratie », conclue-t-elle.

Egalité des sexes et démocratie….Si l‘école suédoise est pour certains trop à l‘écoute d’une forme de féminisme radical, l‘égalité des sexes reste toujours pour bien des femmes dans le monde un combat de chaque instant.