DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Lamborghini, 50 ans d'excellence automobile


interview

Lamborghini, 50 ans d'excellence automobile

En 1963, Ferruccio Lamborghini fondait l’entreprise qui porte son nom à Sant’Agata Bolognese, une petite ville d‘Émilie-Romagne en Italie. La marque italienne a acquis une notoriété mondiale à travers ses voitures uniques et puissantes . De la première “Lambo”, la 350GT, au dernier bébé, la Veneno, en passant par la Miura, la Murcielago et la Gallardo. Des voitures de sport, aux prix exorbitants certes, mais qui suscitent toujours autant le rêve et l’admiration

Cinzia Rizzi, Euronews: Lamborghini, qui représente l’excellente italienne partout à travers le monde, célèbre son 50ème anniversaire en présentant, au salon international de l’automobile de Genève, la nouvelle Veneno. Nous sommes avec le directeur général de Lamborghini, Stephan Winkelmann. Quelles sont les particularités de cette voiture, qui est la plus rapide et la plus chère de l’histoire de Lamborghini?

Stephan Winkelmann : Tout d’abord, il y a une raison qui explique pourquoi nous sortons ce types de voitures en édition très limitée. Ces voitures nous donnent plus de liberté dans le design, elles nous offrent la possibilité d’utiliser de nouveaux matériaux, d’utiliser une nouvelle technologie; elles ont également des effets positifs sur le reste de nos produits. Et puis, elles font rêver les gens. Et pour certains, le rêve devient réalité. Cette voiture fonctionne avec un moteur V12, avec une puissance de 750 chevaux. Le rapport poids-puissance est de 1,93 kg/CV. Elle passe de 0 à 100 km/h en seulement 2,8 secondes. Nous avons limité la vitesse maximum à 355 km/h.

Euronews: Vous n’avez produits que trois modèles Venenos. Quel est votre objectif avec cette voiture?

Stephan Winkelmann : Nous voulons toujours créer l’excellence, être créateurs d’une tendance. Parallèlement à notre gamme de produits, comme l’Aventador et la Gallardo, nous avons toujours des icônes qui représentent notre marque, et qui augmentent la notoriété et l’image de Lamborghini.

Euronews: Vous avez terminé l’année 2012 avec un record de 2083 voitures vendues dans 45 pays. Comparé à 2011, votre entreprise a vu ses ventes grimper de 34% en Europe, de 50% aux USA et de 30% au niveau mondial. Visiblement, Lamborghini ne subit pas les conséquences de la crise économique.

Stephan Winkelmann : Je peux vous dire qu’en 2008, 2009 et 2010, nous avons énormément souffert de la crise. Le marché automobile de luxe n’est pas épargné par la crise. En ce qui nous concerne, le marché est actuellement stable, mais il est difficile de faire des prévisions pour l’année 2013. Les États-Unis restent le marché le plus important, et nous avons de bons espoirs pour le reste de l’année.

Euronews: Historiquement, Lamborghini est leader sur le marché américain. Mais qu’en est-il des marchés orientaux qui sont porteurs de croissance, en particulier la Chine. Quelle est votre stratégie pour conquérir ces pays?

Stephan Winkelmann : Nous nous soucions des consommateurs partout dans le monde. Il y a quelques années, le marché chinois des voitures de sport était inexistant. Aujourd’hui, c’est le deuxième au monde. Cela signifie que notre style, notre design, sont très appréciés, pas seulement par les Chinois, mais partout en Asie. La chose positive, c’est que dans cette partie du monde, l‘âge moyen est plus bas qu’en Europe ou aux États-Unis.

Euronews: Vous vous êtes fixés un but pour 2015 qui est de réduire de 35% les émissions de CO2 de vos véhicules. Il a été question d’un modèle de l’Urus-suv avec un moteur hybride. Où en êtes-vous aujourd’hui par rapport à ces objectifs?

Stephan Winkelmann : Et bien, nous voulons tenir notre objectif de réduction des émissions carbone d’ici 2015. Concernant l’Urus,vous avez raison, ce sera la voiture idéale, pour l’hybride, mais aussi pour son moteur turbo. La décision de développer ce modèle sera prise à la fin de l’année. C’est pourquoi 2013 est une année cruciale; c’est l’année de notre 50ème anniversaire.

Euronews : Ces dernières années, Lamborghini s’est focalisé sur le rapport poids-puissance. Vos priorités ont-elles changé?

Stephan Winkelmann : Nous avons affiné nos priorités. Pour les voitures de sport, le design, et bien sûr la performance, sont en tête de nos priorités. Mais il y a d’autres aspects qui sont de plus en plus importants comme le rapport poids-puissance. Nous travaillons sur la réduction du poids car nous avons aujourd’hui de nouveaux matériaux, comme le carbone, qui améliorent la stabilité et la conduite. Ces éléments deviennent de plus en plus importants pour les voitures de sport actuelles, mais aussi pour celles du futur.

Euronews : Quels sont les objectifs de Lamborghini pour le futur?

Stephan Winkelmann : Tout d’abord, que l’année de notre 50ème anniversaire soit une réussite. Nous avons plein de projets en cours en Italie et dans le monde. Nous allons faire un peu de bruit autour des nouveaux produits. Vous pouvez apercevoir derrière moi la Veneno qui est notre second produit de l’année après l’Aventador Roadster. Et vous en verrez d’autres plus tard.

Euronews : Parlons désormais de course automobile. Au début des années 1990, Lamborghini a participé au championnat du monde de formule 1, en tant que fournisseur de moteurs pour certaines écuries, notamment la vôtre, la Modena Team. Aujourd’hui, vous êtes engagé dans le championnat mono-marques. Pensez-vous à un retour en Formule 1?

Stephan Winkelmann : Notre stratégie en sport automobile, c’est la mono-marque. L’année dernière, nous avons commencé en Asie, et cette année, pour la première fois, nous serons aux États-Unis. Nous voulons aussi débuter, en tant que constructeur, dans les séries GT3, car c’est notre environnement naturel, comme nous produisons des voitures pour la route, qui sont similaires aux pistes de courses, donc nous n’avons pas l’intention de revenir à la F1.

Euronews : Dernière question : pourquoi Lamgborghini fait rêver et quel est selon vous la parfaite Lamborghini?”

Stephan Winkelmann : Je commencerais par la deuxième partie de la question : la Lamborghini parfaite sera la prochaine, celle que nous produirons à l’avenir. Et pourquoi une voiture de rêve? Pour la performance, le design, et le fait que c’est une icône, qui a fait rêver des enfants, qui réaliseront peut-être un jour leur rêve.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

interview

Moto GP: Jorge Lorenzo revient sur ses titres et évoque la suite de sa carrière