DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'héritage de Chavez, vu depuis un quartier populaire de Caracas

Vous lisez:

L'héritage de Chavez, vu depuis un quartier populaire de Caracas

Taille du texte Aa Aa

Ce téléphérique survole le Barrio de Petare, un des quartiers populaires de Caracas, la capitale vénézuélienne. Cet équipement est une des réalisations à mettre à l’actif d’Hugo Chavez.
Il permet aux habitants de monter ou descendre de la colline en quelques minutes pour aller travailler en centre-ville par exemple, alors qu‘à pied, il faut des heures dans un dédale d’escaliers.

Certes, l’insécurité est ici encore plus élevée que dans le reste du pays. Mais les habitants ont le sentiment d‘être moins tenus à l‘écart. D’où la reconnaissance envers Hugo Chavez. “C’est le Comandante qui a financé le projet, dit José Castaneda, représentant local. Et tout ceux qui emprunteront ce téléphérique se souviendront de Chavez”.

Les programmes sociaux initiés par le “Comandante” durant ses quatorze ans au pouvoir, ont permis de faire reculer la pauvreté. Alors c’est vrai : les inégalités restent grandes. Le secteur privé a été malmené. Mais pour de très nombreux Vénézuéliens, ce qui compte, c’est que les fins de mois sont un peu moins difficiles. Tous vantent les mérites de ces petits supermarchés appelés “Mercal”, du nom du programme qui consiste à distribuer de la nourriture suventionnée.

Une des clientes d’un magasin affirme qu’elle n’aurait pas les moyens de remplir son caddie dans un supermarché normal. Pour elle, ces superettes Mercal, “c’est ce que le président a fait de mieux pour venir en aide aux plus démunis”.

“Les programmes sociaux développés dans les quartiers populaires, c’est la clé du succès d’Hugo Chavez, commente l’envoyé spécial d’euronews, Luis Carballo. C’est ce qui explique pourquoi il était si populaire auprès des habitants les plus défavorisés. Cette politique de subventions massives était financée par la manne pétrolière du Venezuela”.