DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

A la recherche d'un pape à la fois pasteur et manager

Vous lisez:

A la recherche d'un pape à la fois pasteur et manager

Taille du texte Aa Aa

Qui des 115 cardinaux, venant de partout dans le monde, va s’assoir sur le trône de Pierre, à la place de Benoît XVI ?
Les cardinaux seront-ils capables de surmonter les divergences et de réunir les deux camps ? Celui mené par la Curie, la bureaucratie vaticane et celui des réformistes qui veulent un pape qui sécoue précisement cette Curie entachée par les luttes intestines et le scandale de Vatileaks ? Un autre camp est possible, celui des 67 cardinaux nommés par Benoît XVI.

Le Brésilien Odilo Scherer semble avoir les faveurs de la Curie. A 63 ans, il a fait partie de la puissante Congrégation des Evêques au Vatican, entre 1994 et 2001. Cette position privilégiée lui a donné accès à beaucoup d‘évêques devenus par la suite cardinaux électeurs. On lui prétend une proximité à la Curie romaine qui attendrait de lui s’il est élu pape qu’il nomme un des leurs, un Italien, secrétaire d’ Etat. C’est Benoît XVI qui l’avait nommë archevêque de Sao Paulo en 2007 en lui donnant l’anneau de cardinal.

Angelo Scola, nommé archevêque de Milan en juin 2011 par Benoit XVI est vraisemblement le candidat des cardinaux réformistes, ceux qui veulent un manager capable de remettre la Curie sur le bon chemin. Ce conservateur de 72 ans est théologiquement proche de Benoît XVI et de Jean Paul II. Italien, née à Malgrate, sur le lac de Côme, le cardinal Scola est proche du mouvement “Communion et Libération”, un groupe catholique qui veut peser sur la politique italienne. Il est connu comme étant un intellectuel, mais aussi un bon pasteur. Car l’Eglise catholique doit se doter d’un pape qui soit à la fois un manager et un pasteur, un pape capable de gérer la suite du scandale Vatileaks et les divisions dont se plaignait Benoît XVI.
Il doit être en même temps un pape charismatique, avec le sens du contact, pour attirer plus de membres dans un troupeau de plus en plus petit.

Quels sont les scénarios du prochain Conclave ? L’analyse de Giacomo Galeazzi, vaticaniste au quotidien La Stampa et auteur de Vatican Insider, blog multilingue sûr l’actualité du Saint Siège.

euronews

Giacomo Galeazzi, quels sont les cardinaux et les courants qui pourraient déterminer les choix du prochain Conclave ?

Giacomo Galeazzi

“Deux noms retiennent l’attention des congrégations : celui de l’archevêque de Milan, Angelo Scola et celui de l’archevêque de Sau Paulo au Brésil, Odilo Scherer qui fait partie du Conseil de surveillance de l’ IOR, la banque vaticane.
Autour de ces noms, deux tendances pourraient apparaître lors des premiers votes, avec d’un côté les membres de la Curie et de l’autres, les cardinaux hors Curie, qui dans les congrégations générales ont beaucoup critiqué la gestion du scandale Vatileaks.”

euronews:

Y-a t-il des favoris pour ce conclave ?

Giacomo Galeazzi:

“En ce moment, il y a une tendance pour désigner le premier pape non européen de l’histoire. Vatileaks et les scandales financiers du Vatican ont frappé surtout la Curie et le cardinaux italiens. Résultat: l’hypothèse d’un retour après deux pontificats étrangers d’un pape Italien est en train de faiblir.

Pour l’instant, le candidat le plus fort et qui a le soutien du secrétaire d’Etat Bertone semble être le cardinal brésilien Scherer : il a une double activité, évêque de Sau Paulo et gestionnaire puisqu’il est membre du Conseil de surveillance de l’IOR, la banque vaticane.”

euronews:

En février 2012, Benoit XVI a nommé 22 cardinaux, la plupart Italiens. En novembre 2012 il a choisi six cardinaux non européens, une façon pourrait-on dire d‘équilibrer le Conclave. Le prochain pontificat sera-t-il donc dans la continuité ?

Giacomo Galeazzi:

“Le prochain pape et le prochain gouvernement devront hériter de la pensée et des choses mises en place par Benoit VXI, à savoir la lutte contre les abus sexuels dans l’Eglise, l‘éradication des scandales financiers.

N’oublions pas que Benoit XVI est le pape qui a demandé la démission d’environ 80 évèques pour ne pas avoir empêché les abus sexuels des prêtres; il a créé une autorité financière du Vatican pour lutter contre le blanchiment d’argent sale et surveiller les finances sacrées. “

euronews:

En Italie on dit :“Celui qui entre déjà pape au Conclave en sort Cardinal”, ça veut dire que celui qui est trop favori au début risque d‘être pénalisé au moment du vote ?

Giacomo Galeazzi:

“C’est juste une façon de voire les choses. Les congrégations générales qui ont caractérisé cette phase de pré-Conclave ont montré que les cardinaux, surtout ceux qui viennent du Sud, veulent une clarification. Ils veulent que la Curie romaine soit réformée, ce que n’a pas fait Benoit XVI.
Ce serait un signal fort si le prochain pape n‘était pas seulement un proche de Benoît VXI, un homme qu’il a nommé, mais s’il avait lui aussi la volonté de continuer cette opération mains propres commencé par Benoit XVI, qu’il suive sa lutte contre les scandales dans l’Eglise.

Ainsi tous les cardinaux qui ont été impliquées dans les scandales Vatileaks seraient mis hors jeu. Apparemment , de nombreuses candidatures non-européennes devraient tomber sur la Curie romaine, ce qui pourrait rendre le pontificat plus international.”